La gamme PIAGGIO

La gamme VESPA

La gamme GILERA


BEVERLY 300 ABS-ASR
BEVERLY 300 ABS-ASR by Police
BEVERLY 300 S ABS-ASR
BEVERLY 350 ie ABS-ASR by Police
BEVERLY 350 Sport Touring ABS-ASR

LIBERTY 125 ABS Iget
LIBERTY 125 S iget ABS
Medley 125 Iget ABS
Medley 125 SE Iget ABS
Medley S 125 Iget ABS

LIBERTY 50 Iget (4T)
LIBERTY 50 S Iget (4T)
NRG (2T) Euro 4
Typhoon 50 Euro4
ZIP 50 4T Euro 4

MP3 300 HPE ABS ASR
MP3 300 SPORT ABS ASR HPE
MP3 350 ABS-ASR
MP3 500 HPE Business ABS-ASR
MP3 500 HPE Sport ABS-ASR
MP3 500 HPE SPORT ADVANCED

Vespa 946 RED

GTS RST Classic MY19 125iget / 300 HPE
GTS RST Super MY19 125iget / 300 HPE
GTS RST SuperSport MY19 125iget / 300 HPE
GTS RST SuperTech MY19 125iget / 300 HPE
GTS RST Touring MY19 125iget / 300 HPE

Primavera 125cc i-Get 3V ABS MY18
Primavera 125cc i-Get 3V TOURING ABS MY18
Primavera 50cc 4T i-Get 3V MY18
Primavera 50cc 4T i-Get 3V TOURING MY18
Primavera S 125cc i-Get 3V ABS MY18
Primavera S 50cc i-Get 3V MY18

Vespa Sei Giorni 300cc HPE MY19
Vespa Sei Giorni 300cc MY17/18

Sprint 50cc 4T i-Get 3V MY18
Sprint S 50cc 4T i-Get 3V MY18
Vespa Sprint 125cc i-Get 3V ABS MY18
Vespa Sprint S 125cc i-Get 3V ABS MY18

GTS Notte 125/300cc MY17/18
Sprint Notte 50/125cc

GTS Yacht Club 125/300cc MY 17/18
Primavera Yacht Club 50/125cc

Vespa Elettrica
Actualités

Quels accessoires high tech pour votre scooter ?

 05/06/2018

Rouler en scooter ne vous empêche pas d’être à la pointe de la technologie ! Intercom pour casque, GPS, … Voici quelques accessoires qui vous rendrons la route plus agréable

L’intercom : l’indispensable pour rester connecté

Le kit de communication vous facilite la route au quotidien grâce à de nombreux services : entendre les consignes de votre GPS, répondre au téléphone, écouter de la musique, discuter avec votre passager également équipé... Pour respecter la législation en vigueur, votre intercom doit être sans fil (connexion Bluetooth), fonctionner sur commandes vocales, et l’oreillettes doit être fixée à votre casque. Si vous devez lâcher le guidon pour répondre à un appel par exemple, ou porter un écouteur intra-auriculaire, vous êtes en infraction. Les kits mains-libres filaires sont également interdits. 

Il existe de nombreux modèles sur le marché et la plupart s’adapte à tous les types de casques : intégral, modulaire, jet… Assurez-vous toutefois que votre kit de communication est compatible avec votre casque avant de l’acheter.

Le GPS : pour un trajet en toute sérénité


L’utilité du GPS n’est plus à prouver. Même en scooter, vous pouvez installer un GPS sur votre guidon à l’aide d’une fixation adaptée. Votre itinéraire habituel est bouché ? Laissez votre GPS vous guider !  
Pour bien choisir votre GPS, vous devez prendre en compte les particularités de la conduite d’un scooter. Choisissez donc de préférence :

  • Un GPS avec un écran suffisamment grand pour vous permettre de consulter votre itinéraire d’un coup d’œil. Vous pourrez ainsi rester concentrer sur la route ;
  • Un modèle étanche qui résistera aux intempéries ; 
  • Un GPS avec commandes vocales que vous pourrez contrôler grâce à l’intercom de votre casque tout en gardant les mains sur le guidon.  

Une caméra embarquée : le petit plus !


Vous aimez poster des vidéos de vos balades pour les partager avec vos amis ? N’hésitez pas à installer une caméra embarquée sur votre guidon, ou même votre casque, pour filmer vos trajets ! Voici quelques points qui vous aideront dans le choix de votre modèle.
 
  • L’étanchéité : comme pour le GPS, votre caméra sera exposée aux intempéries. Optez donc pour une caméra étanche ;
  • L’angle de prise de vue : choisissez un modèle proposant un angle de vue adapté à l’endroit où vous fixerez votre caméra (le casque ou le guidon) pour réaliser de belles vidéos ;
  • Le poids : votre caméra doit être légère si vous souhaitez la fixer sur votre casque afin de ne pas être gêné. 
N’hésitez à demander conseils auprès de votre concessionnaire, il saura vous guider dans l’achat de vos accessoires high tech.

Comment bien entretenir son scooter sans se ruiner ?

 05/06/2018

Bien entretenir son scooter permet d’assurer votre sécurité sur la route, mais également de prolonger la durée de vie de votre véhicule. Voici quelques conseils pour entretenir votre scooter sans vous ruiner.

Tout comme une voiture, un scooter doit être entretenu selon certaines législations : révision dans un centre agréé, remplacement de pièces selon le kilométrage ou l’usure… Tous ces éléments se trouvent détaillés dans le carnet d’entretien que votre concessionnaire vous a remis lors de l’achat de votre scooter. Si vous achetez votre scooter d’occasion, assurez-vous de récupérer ce carnet pour connaitre l’historique de l’entretien de votre scooter.

Des gestes simples à adopter pour éloigner le garagiste

Mieux vaut prévenir que guérir : un entretien régulier de votre scooter permet d’éviter ou de retarder certaines réparations parfois coûteuses. 

  • Faites chauffer votre moteur quelques instants avant de prendre la route ;
  • Vérifiez la pression de vos pneus régulièrement : une bonne pression de vos pneus assure une meilleure tenue de route et ralentit leur usure. Rappelons que, selon la législation en vigueur, la profondeur des rainures de vos pneus doit être supérieure à 1mm. Nous vous conseillons toutefois de changer vos pneus avant d’atteindre ce niveau ;
  • Vérifiez l’état de vos plaquettes de freins régulièrement et changez-les lorsqu’elles sont usées ;
  • Vérifiez régulièrement le niveau d’huile : un moteur bien lubrifié durera plus longtemps. 

Entretien technique : les indispensables pour un scooter en bon état

Si certaines de ces opérations sont assez simples à réaliser soi-même, nous vous conseillons malgré tout de passer par un professionnel. En cas de problème, cela vous permettra de justifier de l’entretien de votre scooter auprès de votre assurance. Si vous décidez de le faire vous-même, vous trouverez facilement les pièces et produits nécessaires chez votre concessionnaire ou dans les magasins spécialisés.

  • Vidangez votre moteur : la fréquence de vidange de votre moteur est indiquée dans le carnet d’entretien. En vérifiant régulièrement votre niveau d’huile, vous pourrez également savoir quand une vidange est nécessaire.
  • Nettoyez votre filtre à air : lorsque votre filtre à air est encrassé, cela augmente la consommation d’essence. Nettoyer votre filtre à air vous permet donc de faire des économies en carburant.
  • Changez vos bougies. 
Naturellement, pensez à nettoyer régulièrement votre scooter : rayures, bosses, saletés… Cela ne changera rien à l’état de la mécanique de votre véhicule, mais c’est tout de même plus agréable ! N’oubliez pas non plus de vérifier l’état de votre matériel : casque, gants, etc.

Acheter ou louer son scooter : quelle solution choisir ?

 05/06/2018

Vous souhaitez avoir un scooter ? Sachez qu’il existe plusieurs solutions : achat, location longue durée ou location avec option d’achat. Voici des éléments d’explication pour vous aider à faire votre choix.

Vous avez décidé d’acquérir un scooter pour sortir de la galère des embouteillages en ville lors de vos trajets quotidiens ? Plusieurs solutions s’offrent à vous : l’achat, la location longue durée et la location avec options d’achat. Chacune de ces solutions possèdent ses avantages et ses inconvénients. Voici quelques éléments pour vous aider à faire votre choix. 

La location longue durée d’un scooter

La location longue durée, ou LDD, est une alternative intéressante à l’achat classique si vous souhaitez changer régulièrement de scooter. Il s’agit d’un contrat que vous passez avec votre concessionnaire et qui fixe un tarif mensuel sur une période donnée, allant généralement de 1 à 5 ans. Vous convenez également dans votre contrat d’un kilométrage annuel à ne pas dépasser.
 
=> un avantage financier important : vous connaissez votre budget à l’avance et éviter les mauvaises surprises.

La LDD comprend généralement l’entretien, l’assurance, l’assistance et d’autres services comme le contrôle technique. Avec ce système, vous pourrez choisir votre modèle neuf parmi une large gamme de produits.

À la fin de la période de location, vous restituez votre scooter au concessionnaire qui se chargera lui-même de la revente. Vous pourrez alors louer un nouveau scooter parmi des modèles plus récents.

La location avec option d’achat

La location avec option d’achat, ou LOA, est une formule de leasing : à la fin de la période convenue, généralement entre 2 à 5 ans, vous aurez la possibilité d’acheter votre scooter. Après un dépôt de garantie, vous versez un loyer mensuel fixé à l’avance et calculé en fonction de l'apport, du montant à financer et de la valeur de rachat finale. Au terme du contrat de location, vous aurez le choix entre :

  • Devenir propriétaire de votre scooter en réglant le prix de rachat fixé par le contrat de location ;
  • Restituer le scooter en bon état et récupérer votre dépôt de garantie. 
Cette solution vous permet d’obtenir un scooter haut de gamme à des prix intéressants : les mensualités sont en effet généralement moins élevées que celles d’un crédit classique. 
Comme pour la LDD, vous aurez cependant un kilométrage annuel à ne pas dépasser.

L’achat d’un scooter

Si vous souhaitez conserver votre scooter longtemps, l’achat est naturellement la solution idéale. De même, si vous roulez beaucoup, l’achat reste la meilleure solution pour vous. Les locations comportant des limites de kilométrages, cela peut vous brider. Posséder votre propre scooter, qu’il soit neuf ou d’occasion, vous permet de rouler sans aucune contrainte, ni compte à rendre.
N’hésitez pas à contacter votre concessionnaire pour discuter avec lui de la solution qui vous correspond le mieux !

Stationner votre deux-roues à Paris : ce qu'il faut savoir | Univers du deux roues

 02/05/2018

Stationner votre deux-roues à Paris : ce qu'il faut savoir

Les places de stationnement dédiées aux deux-roues

Dans tout Paris, vous trouverez des emplacements dédiés aux deux-roues pour vous garer, et qui sont pour l’instant gratuites et sans limitation de durée. C’est donc naturellement l’endroit idéal pour stationner votre scooter en toute sécurité. Ces places sont malheureusement prises d’assaut par les nombreux conducteurs de deux-roues, et vous aurez peut-être des difficultés à en trouver une disponible. Il existe également des parkings privés (donc payants, à l’heure ou la journée) équipés d’emplacements réservés aux deux-roues. Renseignez-vous sur le quartier où vous vous rendez pour connaitre leur localisation.

Le trottoir : une solution évidente ? Pas tout à fait…

Stationner sur le trottoir est techniquement interdit par la loi. Mais Paris fait preuve d’indulgence devant les difficultés de stationnement rencontrées par les conducteurs de scooters et motos. Tant que votre véhicule ne gêne pas la circulation des piétons et que sa position permet le passage d’une poussette ou d’un fauteuil roulant, vous ne devriez pas être inquiété. Attention toutefois à éviter les zones interdites qui vous vaudront à coup sur une contravention ou l’enlèvement de votre véhicule : - les passages pour piétons, - les voies pour bus, - les places réservées aux handicapés (à moins d’être vous-même détenteur de la carte GIC), - les zones de livraison, - les bouches d’incendie. Pour information, vous encourez une amende de 35 à 50€ pour stationnement gênant, et de 135€ pour stationnement très gênant. Avec le plan vigipirate toujours en cours à Paris, certaines règles de sécurité sont également à respecter. Elles compliquent néanmoins le stationnement des deux-roues qui doivent ainsi éviter de se garer trop prêts des bâtiment administratifs et/ou recevant du publique, des accès aux gares et des stations de métro.

Vers une tolérance zéro et un stationnement payant ?

Déjà appliqué à Vincennes et Charenton-le-Pont, le stationnement payant pourrait voir le jour à Paris pour les deux-roues sur les places dédiées. Le durcissement des conditions de stationnement à Paris commence également à se faire sentir : depuis le début de l’année, les contraventions pour stationnement gênant sur les trottoirs se multiplient. Si cela a pour but de « rendre les trottoirs aux piétons », cela pénalise les conducteurs de deux-roues qui se retrouvent parfois à cours de solution. Dans tous les cas, soyez vigilant lorsque vous vous garez dans Paris, et n’oubliez pas de mettre votre antivol !

Circuler à Paris en scooter : des conseils pour rouler en toute sécurité | Univers du deux roues

 27/04/2018

Des conseils pour rouler en scooter à Paris en toute sécurité

À bord de votre scooter, vous avez l’impression de pouvoir vous faufiler n’importe où. Mais attention à l’accident ! Les dangers à deux-roues ne sont pas les mêmes que ceux en voiture. Voici quelques conseils pour adopter les bons réflexes pour une conduite responsable et sûre.

Savoir où circuler

Les interdits

Cela peut sembler évident, mais il arrive vite que certains passages vous apparaissent soudainement beaucoup plus accessibles lorsque vous roulez en scooter et non en voiture. Certes, vous n’êtes pas à bord de votre 4x4, mais vous conduisez malgré tout un véhicule motorisé. Les trottoirs, couloirs de bus et pistes cyclables vous sont donc interdits.

Connaitre son trajet

À Paris, on parle des déplacements en temps de trajet, et non en nombre de kilomètres. Il est assez courant qu’un trajet plus long en terme de distance vous fasse gagner du temps. Choisissez donc bien votre itinéraire : boulevards extérieurs, petites ruelles pour contourner d’importants carrefours… Vous vous apercevrez rapidement que, pour vous rendre à une même destination, votre itinéraire différera selon l’heure de la journée, ou le jour de la semaine.

Le périphérique : oui ou non ?

D’après le code de la route, les scooters sont autorisés à rouler sur le périph’ parisien. Avant de vous y engager, nous vous recommandons d’être sûr de vous, et maitre de votre deux-roues et de vos reflexes. Circuler sur le périph’, c’est un peu comme prendre la place de l’Étoile aux heures de pointe !

Avoir les bons réflexes d’un conducteur de deux-roues

Nous ne le dirons jamais assez, la sécurité du conducteur de deux-roues passe avant tout par sa visibilité auprès des autres utilisateurs de la route. Assurez-vous donc que l’on sache que vous êtes là, surtout lorsque vous circulez entre deux files.- allumez vos feux de circulation,- signalez vos intentions avec votre clignotant,- redoublez de vigilance : une voiture peut déboiter au dernier moment et vous couper la route faute de vous avoir vu.À Paris, les automobilistes ne sont pas les seuls que vous devez garder à l’œil. Surveillez également les piétions qui traversent parfois en dehors des zones réservées, et ce malgré la circulation.En suivant ces quelques conseils, vous pouvez démarrer votre scooter en toute tranquillité et profiter de ses avantages ! Et n’oubliez pas que l’expérience reste la meilleure façon d’apprendre, alors n’hésitez plus !

Circuler en deux-roues à Paris : les règles à respecter | Univers du deux roues

 26/04/2018

Circuler à Paris : les règles à respecter

Circuler à Paris en scooter a bien des avantages, notamment lorsque l’on souhaite éviter les embouteillages souvent nombreux. Au volant de votre scooter, vous n’êtes pourtant pas dispensé de respecter le code de la route et les réglementations en vigueur. Si certaines règles paraissent couler de source, d’autres pourraient vous surprendre.Voici un petit rappel des bonnes pratiques à adopter lorsque vous roulez en scooter dans Paris et qui vont vous permettre d’éviter tout désagrément avec les autres usages de la route ou les force de l’ordre.

La circulation inter-files est autorisée mais très règlementée à Paris

Vous ne le saviez peut-être pas, mais la circulation inter-files, à savoir rouler entre deux files de voitures, est belle et bien interdite pour les deux-roues en France. Considérée dangereuse pour le conducteur du deux-roues, comme pour les autres usagers de la route, cette pratique, pourtant monnaie courante dans les villes, n’est à l’heure actuelle pas autorisée par le code de la route.La circulation inter-files est toutefois expérimentée depuis 2016 dans 11 départements, dont Paris et l’Ile de France. Alors avant de vous lancer, assurez-vous de bien connaitre toutes les règles qui l’encadrent :- La circulation inter-files est autorisée lorsque la circulation est dense sur toutes les voies,- L'espace entre les véhicules doit être suffisant, et les distances de sécurité entre deux-roues en inter-files doivent être respectées,- Le deux-roues ne doit pas forcer le passage,- Il est interdit de dépasser un autre deux-roues circulant en inter-files,- Lorsque le trafic se fluidifie et que les véhicules circulent à plus de 50 km/h sur au moins une des deux files, le deux-roues motorisé en inter-files doit reprendre sa place dans le courant normal de la circulation,- La vitesse est limitée à 50 km/h, mais il est essentiel d'adapter sa vitesse aux conditions de circulation,- Avant de s'engager en inter-files, il faut vérifier qu'aucun deux-roues n'y circule et actionner le clignotant afin d'avertir les autres usagers de la route,Et naturellement, n’oubliez pas de remercier par un signe les autres conducteurs qui vous laissent passer !

Respecter les voies de circulations

Même si c’est parfois tentant, il est interdit pour les scooters de circuler sur les voies de bus, les trottoirs et les pistes cyclables. Circuler en deux-roues ne vous autorise pas à passer n’importe où. Et, comme en voiture, vous n’êtes pas seul sur la route. Si vous ne respectez pas ces règles, vous risquez :- une amende de 135€ (minorée à 90 € et majorée à 375 €) pour circulation dans un couloir de bus,- une amende de 150€ pour circulation sur une piste cyclable,- une amende de 135€ pour circulation sur le trottoir.Si tous les comportements ne sont pas passibles de sanction, la courtoisie et le respect des autres usagers doivent prévaloir, même après une dure journée de travail au milieu d’un embouteillage !

Acheter un scooter pour son adolescent : comment faire ?

 25/04/2018

Bien choisir un scooter pour son adolescent

Votre adolescent n’a pas encore 14 ans, mais vous décrit déjà comment sa vie changera lorsqu’il aura son propre scooter ? Pas de panique, c’est tout à fait normal ! Si vous êtes favorable à cette idée, peut-être même soulagé à la perspective de ne plus avoir à faire constamment le chauffeur, vous ne savez pas forcément par où commencer… L’idéal est bien-sûr de vous rendre avec votre enfant chez un concessionnaire qui pourra vous éclairer et vous guider dans votre achat. Avant cette étape, voici quelques conseils pour vous aider à y voir plus clair.

La sécurité avant tout ! Apprenez à votre enfant à rouler en toute sécurité

En France, la loi autorise la conduite d’un scooter 50 cc dès l’âge de 14 ans. Votre adolescent doit cependant avoir obtenu le permis AM avant de prendre la route. L’obtention de ce permis se déroule en deux étapes. - La partie théorique est généralement passée à l’école en classe de 5e (BSR ou brevet de sécurité routière). -La partie pratique, une formation spécifique de 7 heures, doit être faite auprès d’une école de conduite agrée.Au-delà du cadre légal, n’hésitez pas à sensibiliser votre adolescent sur les risques de la route et les dangers d’une conduite irresponsable.

Neuf ou d’occasion ?

Si vous ne souhaitez pas investir dans un véhicule flambant neuf, équipé de toutes les options possibles, un achat d’occasion peut-être une bonne solution. Mais attention auprès de qui vous acheter le scooter. Assurez-vous bien de son état, de son kilométrage, de sa tenue de route. N’hésitez pas à faire un essai et à laisser votre enfant l’essayer également. Pour éviter tout désagrément, nous vous conseillons de passer par un concessionnaire spécialisé dans la vente d’occasions. Cela vous évitera les problèmes « inattendus » après l’achat. Et si, malgré tout, votre scooter est victime d’un mauvais fonctionnement ou d’une panne, vous aurez un professionnel vers qui vous tourner.Quel que soit le scooter que vous achetez, n’oubliez pas de souscrire à une assurance adaptée à l’utilisation que votre enfant en fera.

Ne négligez pas son matériel

Gants, casque, gilet jaune… Assurez-vous que votre enfant dispose du matériel obligatoire pour conduire son scooter. Il doit être adapté à sa taille et à sa morphologie, et naturellement en bon état. Vérifiez aussi qu’il porte des vêtements adéquates lorsqu’il prend la route : un blouson, un pantalon et des chaussures fermées sont le minimum requis pour garantir une bonne protection. N’oubliez pas également un bon antivol, indispensable pour éviter les vols souvent nombreux devant les lycées.

Bien choisir son assurance pour son scooter | Univers du deux roues

 24/04/2018

Bien choisir son assurance pour son scooter

La loi n°58-208 du 27 février 1958 instituant l’obligation d'assurance en matière de circulation de véhicules terrestres à moteur vous oblige à souscrire une assurance pour votre scooter, même si celui-ci est inutilisé. Pour bien choisir votre assurance en la matière, vous devez d’abord déterminer quels sont vos besoins réels. Cette étape vous permettra d’éviter de payer trop cher une assurance inadaptée.

Dresser son profil de conducteur de scooter

Voici quelques questions que vous devez vous poser lorsque vous souscrivez à une assurance pour votre scooter :- utilisez-vous votre scooter quotidiennement ou de façon occasionnelle ?- Serez-vous le seul conducteur de votre deux-roues ?- Disposez-vous d’un endroit sûr où garer votre scooter pour éviter le vol (un garage fermé…) ?- Souhaitez-vous bénéficier d’une aide au dépannage en cas d’accident ou de panne ?- Quelle est la valeur réelle de votre scooter, et de ses accessoires ?Répondre à ces quelques questions vous éclairera un peu plus sur l’assurance qu’il vous faut !

Les assurances possibles pour votre scooter

La responsabilité civile

L’assurance de base imposée par la loi est l’assurance au tiers, ou garantie responsabilité civile. Elle prend en charge les préjudices matériels et/ou physiques que vous pouvez causer en cas d’accident responsable. Elle exclut cependant toute prise en charge en cas de dommages sur vous-même ou votre scooter. Cette assurance est privilégiée lors d’une utilisation occasionnelle de votre deux-roues. Nous vous conseillons toutefois d’être prévoyant en vous renseignant sur les garanties complémentaires que peuvent vous proposer différents assureurs.

Les garanties complémentaires pour un scooter

- La garantie contre le vol :Malgré toutes les précautions que vous pouvez prendre, le vol d’un scooter est chose courante, notamment si vous êtes amené à vous garer dans la rue. Cette garantie vous couvre en cas de vol ou de tentative de vol qui aurait endommager votre deux-roues. Attention toutefois à bien vérifier les clauses de votre assurance : certaines stipulent que le scooter doit être garer dans un lieu protégé (garage privé, parking sécurisé, etc.) pour être applicables.- La garantie personnelle du conducteur :Les conducteurs de deux-roues sont beaucoup plus exposés aux accidents avec dommages corporels que les autres usagers de la route. Cette garantie prend en charge les éventuels frais médicaux et les pertes de salaire (incapacité de travail suite à l’accident) en cas d’accident, responsable ou non selon les assurances. - La garantie collision :Elle prend en charge les dommages matériels que votre scooter peut subir lors d’un accident avec un tiers identifié. Sachez également que le montant de l’assurance sera calculé selon plusieurs facteurs, comme votre profil (âge, ancienneté de permis, bonus/malus, etc.) et votre scooter (modèle, marque, utilisation, lieu de stationnement…).Pour bien choisir, n’hésitez pas à comparer avant de vous décider. Vous pouvez naturellement demander conseil à votre concessionnaire qui saura sûrement vous éclairer !

La sécurité avant tout : comment bien s'équiper pour rouler en deux-roues

 06/03/2018

Petit rappel sur la législation en vigueur

Même si la plupart de ces mesures semblent tenir du bon sens, il est toujours bon de les rappeler. Pour circuler en France avec un scooter, il faut posséder certains équipements indispensables à la sécurité du conducteur et du passager.
 - Le casque
Le port du casque est obligatoire, pour le conducteur et le passager. Au-delà des risques évidents que cela engendre, ne pas porter de casque, même sur une très courte distance, est passible d’une amende allant jusqu’à 375€. Votre casque doit être homologué, c’est-à-dire répondre aux normes européennes. Il est indispensable de bien choisir son casque : faites-vous conseiller par votre concessionnaire, et surtout essayez-le avant de l’acheter !
 - Les gants
Le port de gants homologués est obligatoire depuis 2016, pour le conducteur comme le passager. Le non-respect de cette règle vous expose à une amende d'un montant maximum de 180 € et au retrait d'un point sur votre permis de conduire. En cas d’accident, vos mains sous la partie la plus exposée aux blessures (fractures, brûlures dues au frottement sur la chaussée…). Ne négligez donc pas votre équipement !
 - Le gilet de haute visibilité
Nous ne le répéterons jamais assez, la sécurité du conducteur de deux-roues passe par sa visibilité auprès des autres usagers de la route. Le gilet de haute visibilité homologué est certes une atteinte à votre style vestimentaire, mais surtout un accessoire indispensable pour votre sécurité. Il doit être rangé de façon à être à portée de main en cas de besoin. Il n’est pas obligatoire de le porter en permanence, mais vous devez l’enfiler lors d’un arrêt d’urgence. Le non-respect de cette règle est passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 33 € en cas de non détention, et jusqu'à 375 € en cas de non port du gilet à la suite d'un arrêt d'urgence.
Les équipements non obligatoires mais tout aussi importants pour la sécurité en scooter
En cas d’accident, même mineur, votre seule protection est ce que vous portez. Protégez-vous les jambes et les bras, même l’été, avec un blouson, ou une veste, et un pantalon adaptés (que vous pouvez tout à fait enfiler par-dessus votre short et votre t-shirt au moment de prendre la route). Pensez également à vos pieds et vos chevilles ! Des chaussures montantes en cuire sont le minimum requis. Rassurez-vous, il existe des tenues complètes, adaptées à la conduite en scooter, et qui ne jureront pas avec votre style vestimentaire.

Des conseils pour conduire son deux-roues en hiver en toute sécurité

 06/03/2018

Malgré le froid de l’hiver, qu’il vente ou qu’il neige, vous ne pouvez pas vous passer de votre scooter ? Félicitations ! Vous faites partie de ces irréductibles qui n’ont pas peur d’affronter les aléas de l’hiver. Voici quelques conseils qui vous permettront de rouler en toute sécurité pendant cette saison.

Une vigilance accrue

 - Adapter sa vitesse
Même si le soleil brille et que le temps est sec, les températures basses ne doivent pas être ignorées. Le revêtement des routes est plus froid, et vos pneus peuvent perdre en adhérence. De plus, si le salage préventif des routes est indispensable pour maintenir une bonne circulation, cela rend la chaussée plus glissante pour les deux-roues. Pour conduire en toute sécurité, vous devez donc adapter votre vitesse, afin d’éviter tout dérapage.
 - Augmenter les distances de sécurité
En cas de visibilité réduite, redoublez de vigilance et augmentez votre distance de sécurité avec les autres véhicules si vous le pouvez. Soyez attentif au comportement des autres usagers qui n’ont pas forcément l’habitude de conduire dans ces conditions : lorsqu’il commence à geler ou à neiger à Paris, la circulation peut rapidement devenir compliquée. Le trafic est ralenti et les freinages brusques, ennemi numéro un des conducteurs de deux-roues, se multiplient.

Vérifier son matériel et son équipement

Votre scooter passe la nuit dehors ? Pensez à vérifier que vos feux et votre tableau de bord sont dégagés : grattez le givre (et la neige le cas échéant) à l’aide d’une raclette et d’un produit dégivrant avant de prendre la route. N’hésitez pas à user et abuser d’un produit antibuée pour la visière de votre casque. Vous trouverez facilement ce dont vous avez besoin chez votre concessionnaire.
Ne négligez pas votre tenue ! Sur un deux-roues, vous êtes directement exposé au froid. N’hésitez pas à vous couvrir le bas du visage à l’aide d’un tour de cou adapté, surtout si vous ne portez pas un casque intégral. Ne négligez pas non plus vos mains : il existe de nombreux accessoires pour vous protéger du froid. Si vous ne souhaitez pas installer de manchons sur les poignées de votre scooter, vous pouvez vous tourner vers des gants chauffants ou des sous-gants à enfiler sous vos gants habituels.
Être raisonnable
Météo France annonce d’importantes chutes de neige ? Ne bravez pas inutilement les éléments : laissez votre scooter chez vous et privilégiez un autre moyen de transport pour ne pas vous retrouver bloquer sur la route.

Pages   ...6789101112...
COMPILATION TEMPLATE : 8 ms
SYSTEM CALLS 20 ms
COMPILATION GLOBALE : 8 ms
SYSTEM CALLS 24 ms