La gamme PIAGGIO

La gamme VESPA

La gamme GILERA


BEVERLY 300 ABS-ASR
BEVERLY 300 ABS-ASR by Police
BEVERLY 300 S ABS-ASR
BEVERLY 350 ie ABS-ASR by Police
BEVERLY 350 Sport Touring ABS-ASR

LIBERTY 125 ABS Iget
LIBERTY 125 S iget ABS
Medley 125 Iget ABS
Medley 125 SE Iget ABS
Medley S 125 Iget ABS

LIBERTY 50 Iget (4T)
LIBERTY 50 S Iget (4T)
NRG (2T) Euro 4
Typhoon 50 Euro4
ZIP 50 4T Euro 4

MP3 300 ie Business ABS-ASR
MP3 300 ie Sport ABS-ASR
MP3 300 ie Yourban
MP3 300 LT Yourban Sport
MP3 300 Sport
MP3 350 ABS-ASR
MP3 500 HPE Business ABS-ASR
MP3 500 HPE Sport ABS-ASR
MP3 500 IE Business ABS-ASR
MP3 500 ie Sport ABS-ASR
MP3 500 ie Sport SE ABS-ASR
MP3 500 Sport

Vespa 946 RED

GTS Classic 125cc iget 4V ABS stop&start MY 17/18
GTS Classic 300cc 4V ABS ASR MY 17/18
GTS Super 125cc 4V Start&Stop MY 17/18
GTS Super 300cc 4V ABS ASR MY 17/18
GTS SUPER SPORT 125cc MY 17/18
GTS SUPER SPORT 300cc MY17 / 18
GTS Touring 125cc iget 4V ABS Stop&Start MY 17/18
GTS Touring 300cc 4V ABS ASR MY17/18

Primavera 125cc 50°Anniversaire i-Get 3V ABS MY18
Primavera 125cc i-Get 3V ABS MY18
Primavera 125cc i-Get 3V TOURING ABS MY18
Primavera 50cc 4T i-Get 3V MY18
Primavera 50cc 4T i-Get 3V TOURING MY18
Primavera 50cc 50°Anniversaire i-Get 3V MY18
Primavera S 125cc i-Get 3V ABS MY18
Primavera S 50cc i-Get 3V MY18

Vespa Sei Giorni 300cc

Sprint 50cc 4T i-Get 3V MY18
Sprint S 50cc 4T i-Get 3V MY18
Vespa Sprint 125cc i-Get 3V ABS MY18
Vespa Sprint S 125cc i-Get 3V ABS MY18

GTS Notte 125/300cc MY17/18
Sprint Notte 50/125cc

Primavera 125cc 50°Anniversaire i-Get 3V ABS
Primavera 50cc 50°Anniversaire i-Get

GTS Yacht Club 125/300cc MY 17/18
Primavera Yacht Club 50/125cc
Actualités

Quel scooter choisir quand on est grand ?

 19/02/2019

Nombreuses sont les personnes mesurant plus d’1m85. Pour savoir quel type de scooter choisir pour les grands gabarits, votre concessionnaire l’Univers du 2 roues vous guide.

Du confort pour les grands gabarits


Quand on mesure plus d’1m85, choisir un scooter adapté à sa grande taille n’est pas chose aisée. L’espace pour les jambes est souvent insuffisant, le confort à bord n’est pas optimal… Difficile dans ces conditions d’assurer sa sécurité et celle des autres usagers de la route.

Pour assurer confort et sécurité, certains critères doivent être indispensables lors de l’achat d’un scooter (neuf ou d’occasion). Les personnes de grande taille doivent ainsi privilégier les scooters à grandes roues pour garantir une bonne tenue de route à leur véhicule. Ce type de scooter permet aussi de pouvoir se positionner correctement sans risquer de douleurs au niveau des lombaires. Du pain béni pour les grands gabarits !

Il ne faut pas hésiter à observer le deux-roues sous toutes ses coutures, et notamment au niveau du plancher qui doit être suffisamment large pour les personnes de grande taille. Autre point essentiel, l’espace entre la selle et le guidon qui doit pouvoir accueillir des (très) grandes jambes.

A noter : les maxi-scooters répondent souvent à l’ensemble de ces critères. Ce type de véhicule est idéal pour les gabarits imposants.

Essayer son scooter, une étape indispensable


Que vous choisissiez d’acheter un scooter neuf ou d’occasion, il est fondamental d’essayer le véhicule. En effet, rien ne vaut l’essai en situation de circulation pour se rendre compte de la maniabilité et du confort du deux-roues. Les personnes de grande taille doivent obligatoirement être à l’aise sur leur véhicule afin d’assurer leur sécurité et celle des autres usagers. Bonne nouvelle, votre concessionnaire l’Univers du 2 roues propose des essais pour tous ses modèles de scooter. La demande prend 1 minute via le formulaire disponible sur le site ou directement en boutique, située au 44 boulevard de Sébastopol à Paris.

A noter : il est obligatoire de vous munir de votre permis de conduire valide pour les essais.
Notre sélection de scooters « spéciale grande taille »

Votre concessionnaire Piaggio, Vespa, Gilera et Aprilia à Paris a sélectionné des modèles de deux-roues qui répondent aux critères des personnes mesurant au moins 1m80.

• Gilera Runner 50 SP ;
• Piaggio Liberty 50 i-get ;
• Piaggio X10 350 ;
• Aprilia Atlantic ;
• Gilera GP800 ;
• Toute la gamme de Piaggio MP3

Rendez-vous chez l’Univers du 2 roues pour découvrir ces modèles !

Quel scooter choisir pour une femme ?

 19/02/2019

Les marques de scooter tentent de plus en plus de séduire les femmes. Cette clientèle exigeante a des besoins précis mêlant confort et esthétisme. L’Univers du 2 roues revient sur les modèles qui pourraient les conquérir.

Scooter : Identifier les besoins de la gente féminine


Pour proposer des modèles en adéquation avec les besoins des femmes, il faut d’abord les connaître. Quand certaines ont besoin d’un véhicule pratique pour se faufiler en ville et aller de rendez-vous en rendez-vous facilement, d’autres cherchent avant tout le plaisir de conduite et un nouveau loisir. Quelque soit leur envie, il faut que l’aspect pratique soit omniprésent, mais aussi l’aspect esthétique. En effet, les femmes marchent plus au coup de cœur que les hommes. En résumé, un scooter beau et performant devrait séduire la clientèle féminine.

Pratique et esthétique : les spécificités du scooter féminin


Les working-girls et les fashionistas sont souvent en jupe/robe et talons hauts. Pour convenir à cette tenue vestimentaire, il faut un scooter dont le plancher est plat et suffisamment large pour pouvoir accueillir un sac à main. De plus, les rangements doivent être nombreux et/ou fonctionnels pour accueillir la vie intense des femmes d’aujourd’hui.

Côté technique, si certaines femmes sont des poids plumes, il faudra privilégier un deux-roues léger jusqu’à 130 kilos pour une question pratique. Côté motorisation, les 100 cm3 et les 125 cm3 feront très bien l’affaire. Les premiers seront parfaits pour la ville, quant aux seconds, ils seront adoptés pour tous les trajets. Les femmes sont aussi très attentives aux options de freinage. En effet, la sécurité à bord est un aspect primordial lors de l’achat d’un scooter. On peut leur proposer un scooter avec ABS ou une option de freinage couplé. Les scooters 3 roues sont aussi une bonne solution : leur fiabilité et leur confort sont très appréciés.

Essayer son scooter pour faire le meilleur choix


Chez votre concessionnaire l’Univers du 2 roues, il est possible d’essayer un scooter avant l’achat (neuf ou d’occasion). Piaggio, Vespa, Aprilia ou Gilera, il suffit de préciser quel modèle vous souhaitez essayer pour faire un petit tour dans les rues de Paris. Ainsi, vous vous rendrez compte de la conduite et du confort à bord en condition réelle de circulation urbaine dense.

Pour toute question sur nos scooters, nos accessoires et nos services, contactez-nous par téléphone au 01 83 64 21 04, via notre formulaire de contact ou directement au magasin, au 44 Boulevard de Sébastopol à Paris.

Comment nettoyer son scooter ?

 18/02/2019

Le nettoyage régulier d’un scooter est indispensable. Découvrez, étape par étape, comment nettoyer votre deux-roues facilement !

Les deux-roues sont des engins particulièrement salissants… L’étape du nettoyage est donc un passage obligé pour les propriétaires désireux de préserver l’esthétisme de leur scooter. Mais le nettoyage permet également de bien entretenir les pièces et la carrosserie, leur garantissant ainsi une meilleure durée de vie. Alors, quelles sont les étapes à suivre pour bien laver son scooter ? Les réponses.

Etape 1 : laver son scooter à l’eau et au savon


Rien de tel qu’une eau chaude et savonneuse pour bien nettoyer un scooter sans l’abîmer. Pour cela, utilisez du produit de vaisselle ou un gel nettoyant dilué dans de l’eau. Aidez-vous d’une éponge de lavage, d’un chiffon doux ou d’une lingette en microfibres afin de frotter toutes les pièces sans les rayer. Pour un nettoyage impeccable, ajoutez à cela une bonne dose d’huile de coude !

À noter : les professionnels recommandent d’éviter de nettoyer un scooter avec un nettoyeur haute-pression, au risque d’abîmer certains éléments.

Etape 2 : Rincer et sécher son scooter


Une fois toutes les pièces lavées, rincez le scooter à l’eau claire et froide. Utilisez un jet d’eau ou une bassine. Puis, essuyez le tout à l'aide d'une peau de chamois. Un accessoire indispensable pour éliminer les traînées et les taches d'eau.

Etape 3 : Faire briller son scooter


Si vous le souhaitez, vous pouvez également appliquer un polish. Cette dernière étape n’est pas indispensable, mais permet de faire briller votre carrosserie et vos pièces chromées. Le polish est un produit abrasif qui va lustrer votre scooter et lui redonner un aspect « neuf ». Pour une brillance optimale, utilisez votre polish uniquement sur un scooter propre et bien sec.

Etape 4 : Penser à nettoyer les rangements


Enfin, n’hésitez pas à aspirer les poussières et petites saletés qui se glissent dans l’espace de rangement sous la selle ou encore dans votre top-case. Un petit geste rapide, pour un nettoyage complet et optimal.

Pour plus d’informations sur l’entretien de votre scooter (en particulier pour les Vespa, Piaggio ou Gilera), contactez votre concessionnaire l’Univers du 2 roues ou rendez-vous en magasin.

Pourquoi mon scooter a du mal à démarrer ?

 18/02/2019

Votre scooter ne démarre pas ou a du mal à démarrer ? Découvrez quels sont les problèmes de démarrage les plus fréquents et comment les prévenir.

Scooter : quels sont les problèmes de démarrage les plus fréquents ?


Au moment de prendre votre scooter, problème : celui-ci a bien du mal à démarrer ou ne démarre pas du tout… Il existe de nombreuses causes à cela, mais certaines sont plus fréquentes que d’autres, telles que :

L’environnement : en effet, un scooter stocké à l’extérieur aura plus de mal à démarrer qu’un scooter protégé des intempéries et du froid dans un garage ;
La qualité de l’essence : certains carburants peuvent être de mauvaise qualité et engendrer des difficultés lors du démarrage d’un scooter (c’est souvent le cas avec l’E10) ;
L’allumage : lorsqu’un scooter a du mal à démarrer, il peut aussi s’agir d’un problème d’allumage. Vérifiez les bougies et l’antiparasite ;
La batterie : un indice de charge trop bas, peut également être la cause d’un problème de démarrage d’un scooter. Parfois, l'aide d'un booster de démarrage vous permettra de résoudre ce problème. Dans d’autres cas, il faudra changer la batterie ;
Le contacteur : un problème de démarrage peut également être lié à un contacteur défaillant.

A noter : si votre scooter cale au démarrage, vous pouvez utiliser le starter. Pour lancer le moteur, vous pouvez également essayer de démarrer au kick (si vous en avez un). Cela ne fonctionne pas ? Le problème peut être dû à un dysfonctionnement de ces éléments.

Bien sûr, d’autres causes sont possibles... N’hésitez pas à emmener votre scooter chez un professionnel. Il identifiera la panne et vous indiquera éventuellement les pièces à remplacer.

Scooter : les bons réflexes pour éviter les problèmes de démarrage


Pour prévenir les problèmes de démarrage, l’entretien du votre scooter est indispensable. Ainsi, soyez rigoureux et faites vérifier régulièrement l’état de vos équipements (notamment votre batterie et le système d’allumage). Pour cela, référez-vous à votre guide d’entretien où sont notées les périodicités des révisions selon le kilométrage.

Aussi, nettoyez régulièrement votre deux-roues. Le nettoyage d’un scooter permet également de bien entretenir les pièces, leur garantissant ainsi une meilleure durée de vie.

Enfin, été comme hiver, protégez votre scooter des intempéries. Si vous le pouvez, mettez-le à l’abri dans votre garage. En ville, n’hésitez pas à investir dans une bâche ou une housse de protection spécialement prévue à cet effet. Préférez une matière aérée pour éviter l’accumulation d’humidité.

Merci à Thibaut Castelin, gérant du garage Thi'bolide à Nozay (44).

Scooter : les bruits qui doivent vous alerter

 18/02/2019

Certains bruits anormaux doivent vous alerter et vous inciter à faire vérifier vos équipements chez un professionnel. Quels sont ces bruits qui annoncent un problème sur votre scooter ? Les réponses d’un expert.

Les bruits d’échappements


Vous entendez des bruits inhabituels (et plutôt sourds) au niveau du pot d’échappement ? Il peut s’agir de bruits signalant un problème au niveau du système anti-pollution ou encore d’un trou ou d’une déformation du système d’échappement. Dans ce dernier cas, l’étanchéité entre l’échappement et le moteur n’est plus assuré.

Si vous rencontrez ce type de bruit, vous devez alors faire vérifier vos équipements chez un garagiste.

Les bruits liés au moteur


Certains bruits dans le moteur de votre scooter doivent vous alerter. En effet, les bruits liés au moteur traduisent souvent une usure ou un mauvais fonctionnement de pièces importantes. C’est principalement le cas pour :

• Les bruits de transmissions ;
• Les bruits de frottements ;
• Les bruit de roulements métalliques dans le moteur.

Rappelons qu’une panne peut vous coûter cher si elle n’est pas prise à temps, voire engendrer un risque pour votre sécurité sur la route. Rendez-vous chez votre garagiste sans tarder.

Les bruits de roulement


Souvent, il s’agit de sifflements qui proviennent des roulements eux-mêmes. Il peut également s’agir de claquements ou de points dur à passer. Dans ce dernier cas, le problème est lié à la direction au niveau de la fourche. Une fois encore, ces bruits sont à prendre au sérieux, alors emmenez votre scooter chez un professionnel.

Les bruits au niveau des freins


Si vous entendez un bruit métallique au niveau des freins, il s’agit surement d’une usure des plaquettes. Vous devez alors faire vérifier vos équipements chez un garagiste.

Sachez que des bruits anormaux ne traduisent pas toujours un problème grave. Mais faire vérifier son scooter au moindre doute permet de savoir où se situe vraiment le bruit et ainsi de pouvoir faire changer des pièces, si besoin. Cela évite souvent des surcoûts de réparation et surtout, assure votre sécurité.

Merci à Thibaut Castelin, gérant du garage Thi'bolide à Nozay (44).

Les différents profils de conducteurs de deux-roues

 18/02/2019

Les profils des motocyclistes font partie des notions à connaître lors de l’examen du permis deux-roues. Des études ont montré qu’il y avait cinq profils de conducteurs répartis en deux groupes. L’Univers du deux-roues fait le point.

Les différents profils de conducteurs de deux-roues font partie des questions posées par l'inspecteur à l'examen du permis de conduire deux-roues. Il est donc essentiel de connaître ces profils pour réussir votre examen. Selon des études de GEMA et IFSTTAR, il existe cinq profils de motocyclistes répartis en deux groupes : la conduite prudente et la conduite à risque.

Les profils de conduite prudente


On définit une personne prudente comme quelqu’un qui agit ou qui fait les choses avec prudence. Dans ce groupe on distingue trois profils très différents de conducteurs de deux-roues :

Les modérés : ces usagers utilisent leur deux-roues comme un moyen de transport secondaire. En effet, leur moto ou scooter est souvent utilisé dans le cadre du loisir, en week-end ou en vacances. Ces motocyclistes sont à la recherche d’évasion et non de vitesse. D’ailleurs, ils ne commentent que très peu d’infractions au code de la route ;
Les stressés : ces usagers utilisent leur deux-roues pour une question de praticité. Ces urbains ont souvent une faible expérience de conduite et préfèrent les scooters qu’ils trouvent plus maniables qu’une moto. Ces conducteurs anxieux ont une conscience aiguë du danger et des accidents possibles en deux-roues. L’infraction la plus courante pour les stressés est la circulation sur les voies réservées.
Les sereins : ces conducteurs utilisent régulièrement leur deux-roues. Pour eux, le plaisir de conduite va de pair avec le respect des règles et du code de la route. Ils sont également conscients du danger et ne commettent pas d’infraction particulière, trop soucieux du respect des autres usagers.

Les profils de conduite à risque


Les conducteurs de deux-roues ont proportionnellement un nombre plus élevé d’accidents que les autres usagers de la route. Il est donc essentiel de prendre conscience des risques liés à la route elle-même, mais aussi de sa conduite. Les profils à risque se divise en deux groupes :

Les sportifs : ces passionnés de deux roues se sentent motards dans l’âme. A la recherche de plaisir et de vitesse, ils repoussent leur limite et recherchent la maîtrise du risque. Ils ressentent un fort sentiment de puissance qui les pousse souvent à commettre des excès de vitesse ;
Les transgressifs : ces conducteurs utilisent leur deux-roues comme moyen de transport quotidien pour gagner du temps avant tout. Ils n’hésitent pas à commettre de nombreuses infractions pour arriver au travail ou chez eux au plus vite. Ils ne mesurent pas les conséquences de leur comportement.

Vous êtes maintenant incollable sur les profils des motocyclistes.  

Pour vous accompagner lors de l’achat de votre scooter, n’hésitez pas à faire appel à des professionnels du deux-roues.  

Quel scooter choisir quand on est petit ?

 18/02/2019

Lorsqu’on mesure moins d’1m70, il n’est pas toujours évident de choisir un deux-roues adapté à sa taille. Votre concessionnaire l’Univers du Scooter vous guide dans votre futur achat.

Un scooter pour les petits gabarits


Homme ou femme, tout le monde ne peut pas mesurer 1m75 et plus. Pour les petits gabarits, c’est-à-dire moins d’1m70, voire 1m60, il n’est pas évident de trouver un deux-roues adapté à cette petite taille. Sachez qu’il existe des modèles qui conviennent parfaitement aux personnes mesurant moins d’1m70.

Les points essentiels à vérifier pour l’achat du scooter sont la hauteur de la selle et sa forme. Les personnes mesurant moins d’1m60 devront privilégier une hauteur de selle de moins de 760 mm. A partir d’1m70, vous pouvez opter pour une hauteur de selle jusqu’à 780 mm. Côté forme de la selle, cette dernière ne doit pas être trop large. En effet, une selle fine permet de ne pas trop écarter les jambes et ainsi de pouvoir poser les pieds à terre plus facilement. N’hésitez pas à demander des conseils auprès de votre concessionnaire pour vous guider dans votre choix.

Dans tous les cas, préférez les scooters 50cm3, 100 cm3 et 125 cm3, ces modèles sont assez légers (jusqu’à 100 kilos), et permettent ainsi plus de maniabilité pour les personnes petites. Certains modèles sont appréciés des personnes de moins d’1m70, c’est le cas notamment du Piaggio Zip, de l’Aprilia Scarabeo 100 et du Piaggio Liberty 125.

Choix d’un scooter : le confort avant tout


Si vous n’êtes pas très grand, le confort du scooter doit être un critère essentiel lors de votre achat. En effet, pour vous assurer sécurité et bien-être pendant vos trajets, il est primordial d’être à l’aise sur votre deux-roues. N’hésitez pas à demander des conseils auprès des professionnels et de demander des essais pour vous rendre compte de la maniabilité du scooter.

Pour faire une demande d’essai de scooter, rien de plus simple, il vous suffit de remplir le formulaire sur notre site en précisant bien la marque de deux-roues qui vous intéresse, Piaggio, Vespa, Gilera ou Aprilia. Avant de faire votre demande, assurez-vous que vous disposez bien du permis nécessaire pour conduire le deux-roues que vous souhaitez tester.

Se former pour bien contrôler son deux-roues


Après avoir obtenu votre permis, il n’est pas exclu de faire des stages pour parfaire votre conduite. En effet, il n’y a rien de mieux que l’expérience pour être à l’aise sur un deux-roues. Plus vous conduirez et plus vous maîtriserez votre scooter !

Pour en savoir plus sur les modèles de scooter Piaggio, Aprilia, Vespa, Gilera contactez-nous !

Qu'est-ce que le rodage d'un scooter ?

 18/02/2019

Pour certains il est inutile, le rodage permet pourtant de garantir la fiabilité de votre scooter. Votre concessionnaire l’Univers du 2 roues vous dit tout sur le rodage.

Rodage : définition


Selon le dictionnaire Larousse, le rodage correspond au « fonctionnement, temporairement limité, au-dessous des performances nominales d'une machine ou d'un véhicule neuf ».
Il s’agit plus précisément d’une période pendant laquelle les pièces mécaniques du scooter se mettent en place, notamment celles du moteur. Ainsi, il est conseillé pendant la période de rodage de ne pas exploiter le moteur au maximum de ses capacités.

Le rodage d’un scooter en pratique


La période de rodage est fixée par le constructeur en fonction des spécificités du moteur. En général, on parle de 1000 kilomètres de rodage pour un 125 cm3 et de 500 km pour un 50 cm3.
Le rodage s’effectue par paliers définis par le constructeur, le carnet d’entretien ou sur les conseils du concessionnaire. En pratique, il s’agit de limiter volontairement le régime moteur ou encore la vitesse maximale pendant toute la période de rodage. Par exemple, un scooter 125 cm3 en rodage ne devrait pas dépasser les 75 km/h sur les 100 premiers kilomètres. Puis, au fur et à mesure, vous pourrez augmenter la vitesse par palier de 100 kilomètres parcourus. Pendant toute cette période, n’hésitez pas à poser des questions aux professionnels (concessionnaire ou garagiste) afin de ne pas abîmer le moteur de votre deux-roues.

A noter : après les 1000 kilomètres de rodage, il est impératif de changer l’huile moteur dans son intégralité. En effet, pendant cette période, des particules métalliques se détachent des pièces moteur et se mélangent à l'huile ce qui peut abîmer le moteur du scooter.  

Que faut-il faire pendant le rodage ?


• Laissez chauffer le moteur après le démarrage ;
• Alternez les rythmes ;
• Variez les styles de conduite ;
• Freinez par palier ;
• Travaillez l’accélérateur.

A quoi sert le rodage du scooter ?


Le rodage de votre deux-roues permet au moteur de fonctionner de manière optimale. En effet, un scooter neuf possède des pièces neuves assemblées depuis peu de temps. Ces dernières ont besoin de s’assembler correctement pour bien fonctionner et ne rien abîmer. De même, l’huile moteur doit être à bonne température pour lubrifier les pièces de façon idéale. Là encore le rodage permet à toutes les pièces et à l’huile de fonctionner ensemble harmonieusement. Ainsi, vous assurez une belle durée de vie à votre deux-roues. Côté fiabilité du scooter, le rodage permet de l’optimiser. Enfin, le rodage vous permet de profiter des vitesses maximales de votre scooter s’il est correctement effectué.

Pour en savoir plus sur le rodage du scooter, n’hésitez pas à contacter votre concessionnaire spécialiste du deux-roues.

Scooter : les astuces pour circuler en sécurité en hiver

 15/02/2019

Pluie, neige, verglas… En hiver la météo peut rendre les routes encore plus dangereuses. Pour circuler en scooter en toute sécurité, adaptez votre conduite et équipez-vous correctement.

En hiver, adaptez votre conduite !


En hiver, la conduite est particulièrement risquée pour les scooters. Les conducteurs de deux-roues doivent donc être très vigilants et adapter leur conduite.

En effet, la pluie et surtout le verglas rendent les routes très glissantes en hiver, en particulier les bandes blanches, les plaques d’égout, les flaques et les pavés. Pour compenser ce manque d’adhérence, il faut réduire sa vitesse et augmenter ses distances de sécurité. Des réflexes indispensables pour pouvoir réagir en cas d’obstacle imprévu et éviter l’accident. Soyez particulièrement vigilants aux carrefours, intersections, passages piétons, ronds-points et autres endroits à risques. Aussi, lorsque vous freinez sur une chaussée humide et froide, faites-le toujours progressivement en répartissant la puissance entre les freins avant et arrière et évitez toute action brusque sur les freins dans un virage.

En hiver, les intempéries (comme la neige, la pluie ou le brouillard) réduisent également la visibilité. Là encore, le réflexe à adopter pour votre sécurité est de réduire votre vitesse et d’allumer vos feux pour être bien visibles des autres usagers.

Rappelons que, sur les routes, le danger peut aussi venir des autres. Ainsi, restez vigilant à l’égard des véhicules qui vous entourent (devant, derrière, à gauche, à droite) d’où l’importance des rétroviseurs et soyez aussi attentif à l'attitude des autres deux-roues.

Enfin, adoptez toujours une conduite prudente, ne vous faufilez pas entre les voitures, signalez tout changement de direction et évitez les changements de file brusques. Surtout, si les conditions climatiques sont trop mauvaises, évitez de prendre votre scooter !

En hiver, équipez-vous correctement

Conduire un scooter sans porter une tenue vestimentaire adaptée peut entraîner de graves lésions en cas d’accident. Il est donc obligatoire de porter un casque homologué et des gants. Il est également vivement recommandé de porter, hiver comme été, un blouson renforcé ou en cuir, un pantalon épais et des chaussures montantes.

En hiver, d’autres équipements sont indispensables pour vous protéger des intempéries. Alors, n’hésitez pas à investir dans un tablier ou un pantalon de pluie qui protègent les jambes du froid et de la pluie. Pour protéger vos mains, ne lésinez pas sur la qualité des gants. Vous pouvez également opter, en plus, pour des manchons. Privilégier aussi un blouson chaud, imperméable et adapté à la conduite en scooter ou deux-roues. Les parts-prises peuvent également protéger le haut du corps en coupant le vent. En revanche, ils ne doivent pas gêner la vision.
Retrouvez tous nos conseils scooters sur notre blog. Et n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Scooter à Paris, faut-il acheter un masque anti-pollution ?

 15/02/2019

A Paris ou dans des les grandes agglomérations, quand le trafic est dense ou embouteillé… Les scooters sont particulièrement exposés à la pollution. Pour se protéger de cet air pollué, certains propriétaires de deux-roues optent pour des masques anti-pollution. De quoi s’agit-il exactement ? Sont-ils vraiment efficaces ? Quel type de masque faut-il choisir ? Les réponses.

Qu’est-ce qu’un masque anti-pollution ?

Les masques anti-pollution destinés aux conducteurs de scooters, vélos ou autres deux-roues motorisés, sont des demi-masques qui servent à couvrir le nez, la bouche et le menton de son utilisateur. Ils ne doivent pas être confondu avec les masques de chirurgien (qui servent à bloquer les postillons et protège des virus). Les masques anti-pollution, eux, protègent les voies respiratoires des risques liés à l’inhalation d’air chargé en polluants grâce à des filtres qui arrêtent les particules et les poussières présentent dans l’air.

A noter : les masques anti-pollution font partie des masques de protection dit « FFP » (Filtering Facepiece Particles en anglais), aussi appelés masque à particules. Il s’agit d’équipements de protection individuelle (EPI) et répondent donc aux réglementations relatives ces équipements.

Masques anti-pollution : sont-ils efficaces ?

Attention, il faut savoir que les masques anti-pollution FFP ne filtrent qu’une partie des polluants présent dans l’air. Leur filtre est efficace uniquement contre certaines particules. Or la pollution, contient des particules mais aussi d'autres substances sous forme de gaz, notamment. Ainsi, si vous portez un masque en scooter, seul les poussières et particules polluantes seront filtrées.
Sachez également que contre les particules polluantes, l’efficacité du masque dépend des performances du filtre. On distingue 3 catégories (définies par la norme EN149) :

  • « FFP1 » : filtration d’au moins 80 % des particules en suspension (PM) ;
  • « FFP2 » : filtration d’au moins 94 % des PM ; 
  • « FFP3 » : filtration d’au moins 99 % des PM. 
Enfin, l’efficacité du masque ne dépend pas uniquement de la qualité du filtre. Elle dépend également de la fuite au visage :

  • Elle est inférieure à 22 % pour les masques FFP1 ;
  • Elle est inférieure à 8 % pour les masques FFP2 ;
  • Elle est inférieure à 2 % pour les masques FFP3. 
Comme l’explique un article publié par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) : « L’efficacité d’un masque dépend de sa conception, des performances du filtre dont il est équipé, et d’autres paramètres tels que son adaptation à la morphologie de l’utilisateur. Ainsi, si l’efficacité d’un masque testé en laboratoire peut s’avérer élevée, elle ne reflète pas pour autant l’efficacité en conditions réelles d’utilisation par la population en général. » L’agence ajoute que « l’expertise conclut à l’insuffisance de données disponibles, notamment en conditions réelles d'utilisation, pour attester d’un bénéfice sanitaire lié au port de masques antipollution par le grand public ».

Alors, quel masque anti-pollution choisir ?

Si vous souhaitez investir dans un masque antipollution, privilégiez :

  • Les masques certifiés par la norme européenne EN149 (FFP2 ou FFP3) ;
  • Les masques filtrants les plus fines particules (PM10, PM2,5 ou PM1,0), car les particules les plus nocives sont aussi les plus fines ;
  • Les masques à votre taille car l’efficacité diminue du fait d’un mauvais ajustement au visage. Choisissez votre masque conformément à la taille de votre visage.  
D’autre part il convient de bien respecter les règles d’entretien (notamment pour le changement du filtre) et d’utilisation (par exemple, la chaleur ou encore le port de la barbe peuvent diminuer l’efficacité d’un masque).

Pour toute question sur un scooter ou un accessoire, contactez notre équipe par téléphone, via notre formulaire de contact ou directement en magasin.

Pages   1234567...
COMPILATION TEMPLATE : 28 ms
SYSTEM CALLS 0 ms
COMPILATION GLOBALE : 28 ms
SYSTEM CALLS 4 ms