APPELEZ-NOUS

Scooter électrique : la réglementation

Sommaire

scooter-electrique-reglementation

Vous hésitez à investir dans un scooter électrique ? Afin de prendre la bonne décision, découvrez les différents points de réglementation à connaître.

Quel permis pour conduire un scooter électrique ?

Un scooter électrique est soumis aux mêmes règles que ses équivalents thermiques – chaque modèle électrique étant équivalent à un modèle électrique, en fonction soit de sa puissance nominale, soit de sa vitesse, soit des deux –, c’est-à-dire qu’il faut être titulaire, soit d’un permis AM, soit d’un permis A1.

Effectivement, là où le permis AM – que l’on appelait autrefois « BSR » – suffit pour conduire un scooter électrique de 4 kW et/ou limité à 45 km/h, il faut justifier d’un permis A1 et avoir plus de 16 ans pour piloter un scooter d’une puissance de 4 à 11 kW ou dont la vitesse est supérieure à 45 km/h.

Quant aux maxi-scooters (dont la puissance est comprise entre 11 kW et 35 kW), on ne peut les enfourcher en étant bien en règle que si l’on est détenteur du permis A2 et que l’on a plus de 18 ans. Pour info, les permis A1 et A2 s’obtiennent au terme de 20 heures de formation, dont 8 sur piste et 12 sur route.

Quel équipement pour piloter un scooter électrique ?

Exactement comme pour la conduite d’un scooter thermique, certains équipements sont obligatoires pour le conducteur – mais pas que ! – afin de garantir sa sécurité sur la route.

On pense aux éléments suivants :

·        Un casque homologué ECE ou NF et attaché, cette obligation étant également valable pour le passager. Le non-port du casque est passible d’une amende de 135 €  ;

·        Des gants homologués certifiés CE, le conducteur qui se fait contrôler sans pouvant être sanctionné d’une amende de 68 € ;

·        Un gilet de haute visibilité (le fameux « gilet jaune »), pour le conducteur comme pour son passager. Si son port n’est pas obligatoire, le fait de ne pas en disposer expose les concernés à une amende de 11 €, voire 135 € en cas de situation d’urgence ;

·     Un éthylotest chimique ou électronique estampillé NF ;

·     Un éclairage en état de fonctionnement, dont l’absence peut justifier une amende de 68 €.

Zoom sur l'immatriculation d'un scooter électrique

Dès lors qu’il est assimilé à un cyclomoteur ou à une moto (autrement dit, dès qu’il permet de se déplacer à plus de 25 km/h et que sa puissance excède 250 W), un scooter électrique doit être immatriculé et assuré avant de circuler sur la voie publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0
Mon panier
  • No products in the cart.