APPELEZ-NOUS

Après l’achat d’un scooter neuf, vous devez immatriculer et assurer votre véhicule afin de pouvoir rouler. Deux démarches obligatoires, qu’il convient de réaliser rapidement. Explications.

L’immatriculation d’un scooter neuf

Depuis 2009, l’immatriculation est obligatoire pour TOUS les scooters. Ainsi, lors de l’achat d’un scooter neuf, l’une des premières démarches à réaliser pour pouvoir circuler avec est d’établir un certificat d’immatriculation.
Quels sont les risques en cas de fraude ? Le fait de rouler avec un scooter neuf sans immatriculation est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros.

Immatriculation d’un scooter neuf : les démarches

Vous avez 1 mois pour immatriculer votre scooter neuf. Cette démarche est totalement gratuite et peut se faire directement auprès du professionnel qui vous vend le deux-roues ou en ligne. Pour établir un certificat d’immatriculation pour votre nouveau scooter, vous devrez fournir certaines pièces justificatives :

  • La copie de votre pièce d’identité recto-verso ;
  • Un justificatif de domicile de moins de six mois,
  • Le document cerfa n°13749*05 (“3 en 1”), qui peut remplacer qui peut remplacer la demande de certificat d’immatriculation cerfa n°13750, le justificatif de vente et le certificat de conformité au type communautaire.

Une fois votre demande faites, votre certificat vous est envoyé à domicile, par courrier. En attendant de le recevoir, vous pouvez rouler avec un coupon ou un certificat provisoire d’immatriculation (CPI). Ce document est téléchargeable à la suite d’une demande en ligne ou remis par le professionnel habilité qui vous vend le scooter neuf.

L’assurance d’un scooter neuf

En plus de votre demande d’immatriculation, vous devez souscrire à un contrat d’assurance. En effet, être assuré est indispensable pour rouler avec votre scooter.
Quels sont les risques en cas de fraude ? Le fait de rouler avec un scooter sans être assuré est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 750 euros.

Assurance pour un scooter neuf : les démarches

Pour assurer votre scooter, plusieurs solutions existent. Vous pouvez, notamment faire appel à un agent d’assurances, à un courtier, à une banque ou encore à une compagnie d’assurances.

Pour bénéficier des meilleurs tarifs et offres, n’hésitez pas à faire plusieurs demandes de « devis » et à les comparer.
Sachez qu’un contrat d’assurance pour scooter est semblable aux assurances des autres véhicules à moteur. Elle contient une garantie responsabilité civile (obligatoire), à laquelle peuvent s’ajouter d’autres garanties (vol, dommages causés au véhicule, assistance, protection juridique…).

Lors du choix du contrat d’assurance pour votre scooter, il est conseillé de prendre la garantie « protection du conducteur » qui vous indemnisera en cas d’accident corporel.

En général, les documents demandés pour assurer son scooter sont :

  • Le certificat d’immatriculation du scooter ;
  • Le BSR (Brevet de Sécurité Routière) ou le permis de conduire (AL, A ou B) ;
  • Un RIB.

Une fois que vous avez signé le contrat d’assurance, l’assureur vous transmet une attestation et un certificat d’assurance. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à coller votre vignette (papillon vert)sur le devant de votre scooter afin qu’elle soit visible.


Pour toutes demandes relatives à l’assurance d’un scooter neuf ou à son immatriculation, n’hésitez pas à nous contacter. Découvrez également nos scooter neufs sur notre site ou en boutique !

combien coûte Vespa

Aprilia

Parmi les gammes de scooters électriques les plus “sport”, Aprilia s’impose comme une référence d’esthétique et de performances. Leurs suspensions et leur robustesse sont souvent prisées dans le cross, notamment avec les modèles RX et SX. 

Le nouveau Aprilia SR-GT 125 combine quant à lui un design urbain à une conception tout-terrain, idéal aussi bien pour les trajets en ville que sur les petits chemins de terre. Un scooter qui offre un contrôle optimal sur tous types de revêtements, grâce à un système de suspensions à long débattement ainsi qu’une garde au sol décuplée.

Puis-je échanger mon scooter thermique contre un électrique ?

Disposer d’un véhicule thermique ne constitue pas un obstacle à l’acquisition d’un modèle électrique. Le bonus écologique, en effet, n’est pas la seule mesure mise en place par l’État pour réduire la fréquentation des routes par les véhicules thermiques.

La prime à la conversion octroie une aide d’un montant maximum de 1100 € pour l’acquisition d’un deux-trois roues électriques, neufs ou d’occasion, en échange de la mise au rebut d’un véhicule thermique à moteur diesel immatriculé avant 2011, ou à essence avant 2006. Selon le lieu de résidence, les aides financières locales sont même cumulables ; rien n’est trop beau pour une planète plus respirable !

Le scooter MP3 Piaggo Sport Advanced 500 est un modèle qui répond à tous les besoins des utilisateurs. Il possède les avantages d’un scooter 2 roues, tout en ayant plus de stabilité et une marche arrière. Découvrez en plus sur ce modèle !

Permis scooter 3 roues

Avant de vous lancer dans l’achat d’un scooter 3 roues il est important de s’assurer que vous avez le permis adéquat.

Pour conduire un scooter 3 roues il est nécessaire d’avoir plus de 21 ans, ainsi qu’un permis B depuis plus de 2 ans, mais également avoir suivi une formation de 7 heures.

Le Piaggo MP3 Sport Advanced 500

Toutes les qualités et avantages techniques du scooter, combinés avec un look esthétiquement attrayant du MP3 Sport Advanced 500, font de lui un modèle sportif aux caractéristiques supérieures à la moyenne.

Il possède un tableau de bord moderne et complet à affichage numérique et une plateforme multimédia PIAGGIO MIA qui connecte votre smartphone à votre scooter.

Stabilité des Piaggio MP3

Il faut savoir que la gamme MP3 Piaggo assure une stabilité maximale. En effet, ces scooters bénéficient de technologies élaborées en termes de sécurité de conduite.

Cette gamme est équipée du freinage ABS, contrôle de traction ASR et d’une pédale de freinage couplé au plancher.

L’avantage du Piaggo MP3 Sport Advanced 500 est son système “Roll Lock” qui permet au conducteur de ne pas devoir poser les pieds au sol pour maintenir la stabilité du scooter en cas d’arrêt. Vous ne risquez donc pas de basculer avec le poids du scooter ou de perdre l’équilibre lors d’un arrêt !

Puissance

Ce scooter est équipé d’un moteur monocylindre 500 Hpe (High Performance Engine).

Ses qualités :

  • Robuste
  • Fiable

Sa puissance est assurée par les 4 vannes à refroidissement par liquide, par le système d’injection électronique et par le « Ride by Wire », qui assure une capacité d’accélération qui permet une conduite fluide et efficace lors des insertions et dépassements.

Le + : La marche arrière

Le gros plus de ce scooter 3 roues est la marche arrière. Fonctionnant avec un moteur électrique, cette fonction augmente sensiblement sa praticité et sa simplicité de conduite. Cette marche arrière permet à son conducteur de se garer plus facilement et de manœuvrer dans des espaces serrés ou inclinés.

Découvrez la gamme MP3 piaggo sur notre site, ou rendez-vous dans notre concession !

Certes, vous adorez vous déplacer en scooter… Sauf quand il s’agit de stationner votre engin devant chez vous, avec la peur de ne pas le retrouver le lendemain matin ! Voici tout ce que vous devez savoir sur les antivols afin d’éviter cette situation.

1# S’équiper d’un antivol est absolument nécessaire

Selon l’enquête Cadre de vie et sécurité réalisée chaque année par l’Insee, 44 000 ménages ont été victimes d’un vol ou d’une tentative de vol de leur deux-roues à moteur en 2018. Si ce chiffre est en baisse – il a atteint son niveau le plus bas depuis 2008, ce qui est une bonne nouvelle – , il en dit long sur la manière dont il convient d’équiper son scooter ou sa moto : l’achat d’un antivol est indispensable !

2# Il existe différents types d’antivol sur le marché

Ces différents types d’antivol se divisent en deux familles :

  • Les antivols mécaniques, qui empêchent votre scooter de rouler. La plupart d’entre eux ne sont à leur efficacité maximale que lorsqu’ils sont attachés à un point d’ancrage. On trouve parmi eux le « U », réputé pour être le système le plus robuste ; le bloque-disque, qui immobilise le deux-roues en bloquant ses freins ; ou encore la chaîne, souvent utilisée par les conducteurs en quête de facilité d’utilisation – il est en effet plus simple de passer une chaîne derrière un point d’ancrage qu’un « U », mais attention à ne pas la laisser traîner par terre ;
  • Les antivols électroniques, qui n’entravent pas votre engin mais ont un effet dissuasif. On parle ici des dispositifs comme l’alarme, la géolocalisation ou encore l’anti-démarrage

3# Les prix sont très variables

En fonction des fonctionnalités, ces prix peuvent même varier du simple au double ! Pour un antivol bloque-disque, vous trouverez des entrées de gamme à 10 €, et certains dispositifs électroniques peuvent atteindre les 300 €.

Attention néanmoins à la certification du produit choisi… Acheter un antivol à bas prix pourrait vous attirer des ennuis auprès de votre compagnie d’assurance s’il n’est pas certifié.

4# Les assureurs exigent un certain type d’antivol

Il n’existe pas de loi qui régente l’achat d’un antivol. En théorie, vous êtes donc libre de choisir l’antivol que vous voulez. Néanmoins, la plupart des compagnies d’assurance exigent que les deux-roues assurés chez elles soient protégés par un antivol homologué SRA (sécurité et réparation automobiles).

D’autres labels permettent également de savoir si l’antivol pour lequel vous optez est d’une qualité suffisante : c’est le cas du logo « NF antivols moto », délivré par l’AFNOR et recommandé par la FFMC (Fédération française des motards en colère). Ce dernier certifie que le produit présente un haut niveau de résistance à l’effraction.

Sachez néanmoins que malgré vos efforts pour investir dans un antivol efficace, vous n’êtes jamais à l’abri de vous faire voler votre véhicule… Vous mettez simplement toutes les chances de votre côté d’être indemnisé par votre assureur en cas de vol.

5# Un antivol demande de l’entretien

Pour que votre antivol reste efficace, gardez-le à l’abri de l’humidité et essuyez-le lorsqu’il est mouillé afin d’éviter la rouille.

Dès lors que vous constatez une tentative de vol – c’est assez flagrant lorsque le « U » est voilé par exemple –, remplacez votre antivol.

Entre les bouchons, la difficulté à se garer et le prix du carburant, la conduite en ville peut vite devenir un casse-tête… Découvrez le moyen de transport idéal pour dire adieu aux embouteillages et faire des économies !

Privilégier les « deux-roues »

Ce n’est un secret pour personne : les véhicules à deux-roues sont beaucoup plus adaptés à la mobilité en ville que ceux à quatre.

D’une part, parce que la route est souvent suffisamment large pour permettre aux conducteurs de deux-roues de remonter le flot des voitures en les dépassant – attention, les dépassements ne doivent constituer de danger ni pour le conducteur, ni pour les autres usagers de la route. Et d’autre part, parce qu’il est beaucoup plus facile de trouver un endroit où se garer quand on conduit un deux-roues.

Finis le temps passé dans les bouchons à certains carrefours, le ballet incessant des klaxons et la prise de tête quotidienne pour trouver une place sur laquelle stationner… En optant pour une moto, un scooter ou un vélo, tout ça sera définitivement derrière vous !

Quel deux-roues choisir ?

C’est un fait : le vélo présente de nombreux avantages. En plus de vous donner accès aux pistes cyclables qui se multiplient dans les grandes villes, votre engin est 100 % écologique… Puisque ses émissions de gaz à effet de serre sont nulles !

Néanmoins, le vélo est tout de même moins rapide qu’un deux-roues motorisé. Même si vous optez pour un vélo électrique, vous n’irez pas aussi vite qu’en pilotant une moto ou un scooter. De plus, un vélo ne permet pas d’emporter grand-chose avec soi et place celui qui le conduit dans une position très vulnérable.

Autre inconvénient de ce moyen de transport : ce sont vos jambes qui vous font avancer, même quand le vélo doté d’un système d’assistance électrique ! Pour beaucoup, arriver en sueur au bureau n’est pas du meilleur effet… Pour pallier ce problème en allier

Le double avantage du scooter

Plus petit qu’une moto, le scooter a l’avantage d’être un moyen de transport à la fois rapide et économique. Vous ne prendrez pas beaucoup de place sur la route, pourrez remonter facilement les files de voiture et vous sentirez en sécurité.

En plus de cela, vous ferez des économies substantielles : qui dit moins de bouchons, dit une consommation moins importante en carburant… Et qui dit facilité à sa garer, dit moins de temps à tourner en rond pour trouver une place. Autrement dit, que du positif !

Vous souhaitez acheter un scooter ? Chez L’univers du 2 roues, nous vendons des deux-roues neufs et d’occasion. Venez-nous rencontrer en boutique ou rendez-vous sur notre site Internet pour découvrir nos différents modèles !

Rouler sur un scooter avec un passager demande au conducteur d’adapter sa conduite. Voici quelques conseils pour rouler à deux en toute sécurité.

Avant de prendre un passager sur votre scooter, vous devez tout d’abord vous assurez que votre véhicule est en règle. Vérifiez le certificat d’immatriculation qui vous a été remis lors de l’achat de votre scooter : le nombre de places y figure. Pour transporter un passager, votre deux-roues doit disposer d’un siège fixé au véhicule, différent de celui du conducteur (article R431-5 du code de la route), de repose-pieds et de poignées de maintien.

Pour les enfants de moins de 5 ans, un siège spécial avec ceinture doit être fixé sur le siège passager (article R431-11 du code de la route).

Équipez et informez votre passager

Tout comme le conducteur, le passager doit être équipé d’un casque homologué et être habillé de façon à respecter les normes de sécurité en vigueur : gants, vêtements adaptés, etc.

Avant de prendre la route, et surtout si votre passager n’a pas l’habitude de rouler en scooter, prenez le temps de lui rappeler les règles de base à respecter :

  1. Se placer le plus près possible du conducteur, les pieds sur les repose-pieds, les genoux serrés, le corps dans l’axe du scooter, et les mains sur les poignées ;
  2. Ajuster sa position uniquement dans les lignes droites pour ne pas déstabiliser le scooter lors d’un virage ;
  3. Eviter les gestes brusques ou amples qui peuvent surprendre le conducteur et déstabiliser le scooter ;
  4. Suivre les mouvements du conducteur dans les virages. 

Si vous ne disposez pas d’un kit de conversation, mettez vous d’accord avec votre passager sur un code (taper doucement deux fois sur l’épaule du conducteur par exemple) pour communiquer en cas d’urgence. 

Adaptez votre conduite à la présence de votre passager

En tant que conducteur, vous êtes responsable de votre passager. Adaptez votre conduite à sa présence : vitesse, virages, freinages, etc. La présence d’un passager alourdit naturellement votre deux-roues qui ne réagira pas forcément de la même façon que lorsque vous être seul. Cette surcharge entraîne un déplacement du centre de gravité du scooter vers l’arrière qui vous forcera à modifier votre conduite.

  • Lors des virages, vous devrez pencher d’avantage votre véhicule et faire plus d’effort pour le redresser à la fin du tournant ;
  • La distance de freinage sera plus longue, pensez donc à adapter votre distance avec le véhicule devant vous en conséquence.

Une fois ces précautions prises, vous pouvez emmener votre passager pour une promenade en toute sécurité !

Rouler de nuit n’est pas anodin : en plus de vous demander davantage de concentration sur la route, vous devez vous assurer que votre matériel vous permet d’y voir clair, et que vous êtes bien visible aux yeux des autres usagers de la route. On fait le point sur les équipements adaptés.

Assurez-vous du bon fonctionnement de vos phares

Vérifiez régulièrement l’état de vos phares, et assurez-vous qu’ils sont réglés à bonne hauteur en les allumant, une fois la nuit tombée, face à un mur.

S’ils sont vraiment sales, passez un coup de chiffon mouillé – vous pouvez également les dépoussiérer une fois par semaine à titre préventif.

Rendez-vous bien visible des autres usagers de la route

S’il est extrêmement primordial pour vous d’y voir clair lorsque vous conduisez votre bolide la nuit, assurez-vous aussi d’être vu : si tel n’est pas le cas, vous risquez de vous trouver dans une situation extrêmement dangereuse.

Au risque d’avoir l’air d’un sapin de Noël, ne lésinez pas sur les équipements rétro-réfléchissants : pantalon, veste, bandes aux poignets et aux chevilles… Tout est bon à prendre ! Même votre sac à dos, s’il contient des pièces réfléchissantes, peut vous permettre d’être plus visible.

Portez (en toutes situations) casque et gants homologués

Que vous rouliez de nuit ou de jour, en été comme un hiver, la règle concernant le casque et les gants est la même : vous devez obligatoirement en porter.

D’ailleurs :

  • Le non-port du casque est passible d’une contravention de 4e classe (l’amende forfaitaire pouvant aller jusqu’à 375 € en cas de majoration) et d’un retrait de 3 points du permis
  • Le non-port des gants, d’une contravention de 3e classe (l’amende forfaitaire pouvant aller jusqu’à 180 € en cas de majoration) et d’un retrait d’un point du permis.

Pour être dans les clous, pensez à choisir un casque et des gants homologués, portant une étiquette NF (norme française) ou NE (norme européenne) ainsi que des éléments rétro réfléchissants pour le casque.

Par ailleurs, sachez que faire une chute avec ce dernier le rendra immédiatement obsolète : n’oubliez pas de le renouveler si d’aventure vous chutez.

Le petit conseil en plus : soyez deux fois plus attentif !

Votre conduite ne doit pas être la même que vous rouliez de jour ou de nuit ! Quand il fait nuit, pensez à adapter votre conduite. Malheureusement, vous n’aurez jamais une vision comparable à celle dont vous jouissez en pleine après-midi par un temps clément.

De la même manière, soyez extrêmement précautionneux si vous cumulez les facteurs de risque : si vous roulez de nuit + dans une zone rurale non éclairée, soyez deux fois plus attentif à la route, mais surtout levez le pied !

Rendez-vous sur la rubrique actualités de l’Univers du 2 roues pour plus de conseils.

Que choisir entre un scooter et un quad ? Tout dépend des déplacements que vous souhaitez faire avec votre véhicule. Explications.

Pour des balades ou des trajets quotidiens, le quad et le scooter peuvent être de bonnes alternatives à la voiture (surtout durant la saison estivale). Mais ces deux véhicules n’ont pas les mêmes utilisations et ne sont pas adaptés à tous les déplacements. Alors, lequel de ces deux véhicules choisir ? Explications.

Le scooter : un véhicule utile

Les principaux avantages d’un scooter sont son ergonomie et sa maniabilité. Il s’avère donc idéal pour circuler en ville. Lorsque le trafic est dense, un scooter permet de se faufiler sans difficulté entre les véhicules. De plus, selon la puissance du moteur, il est également plus réactif au démarrage ou en cas de manœuvres d’urgence. En ville, son stationnement sera également plus facile qu’un quad. Résolument urbain, le scooter est le véhicule des citadins.

A noter : les scooters de moins de 50cm3 (accessible avec le permis AM ou BSR) sont également plébiscités par les jeunes qui n’habitent pas en ville, et qui n’ont pas encore le permis voiture. En effet, dans les petites villes ou villages qui manquent de transports publics, le scooter devient indispensable pour les jeunes qui veulent se déplacer rapidement. A ce titre, il est souvent préféré au quad car un deux-roues reste plus abordable. 

Le quad : un véhicule de loisir

Le quad, contrairement au scooter, n’est pas un véhicule adapté à la conduite en ville. En revanche, il a l’avantage d’offrir plus de sécurité et de confort sur la route. En effet, le quad est un véhicule stable, qui adhère bien au sol et où le conducteur est confortablement installé. Ainsi, si vous souhaitez rouler en quad, il vaut mieux que vous habitiez en campagne, afin d’emprunter des routes peu fréquentées au trafic fluide. Attention, dans ce cas votre quad devra être homologué « route ».

Au-delà de ces qualités, le quad est surtout un véhicule tout terrain. Cela lui permet d’être utilisé par des particuliers pour des ballades sur des chemins de terre,

Le quad, contrairement au scooter, n’est pas un véhicule adapté à la conduite en ville. En revanche, il a l’avantage d’offrir plus de sécurité et de confort sur la route. En effet, le quad est un véhicule stable, qui adhère bien au sol et où le conducteur est confortablement installé. Ainsi, si vous souhaitez rouler en quad, il vaut mieux que vous habitiez en campagne, afin d’emprunter des routes peu fréquentées au trafic fluide. Attention, dans ce cas votre quad devra être homologué « route ».

Au-delà de ces qualités, le quad est surtout un véhicule tout terrain. Cela lui permet d’être utilisé par des particuliers pour des ballades sur des chemins de terre, dans la nature. A ce titre, il est d’ailleurs souvent utilisé comme véhicule de travail dans le monde agricole. Le caractère tout terrain du quad en fait également un véhicule de loisir sportif. Dans ce cas, il se pratique plutôt sur des circuits de cross.

Vous souhaitez acheter un scooter ? N’hésitez pas à contacter l’univers du scooter ou à venir nous rencontrer en boutique. Nos experts peuvent vous guider dans votre achat.

Scooter qui a révolutionné la mobilité urbaine dans les années 60, véritable symbole emblématique de son époque, la Vespa Primavera parcourt aujourd’hui les rues avec la même élégance, agilité et dynamisme qu’il y a quelques années. L’univers du 2 roues vous fait découvrir la gamme Vespa 50 cc Primavera.

Vespa Primavera 50 cc

Même après 50 ans, la Vespa Primavera est toujours en harmonie avec un esprit de liberté, dynamisme et d’attention aux questions environnementale, qui est important aujourd’hui pour les jeunes.

Première version en 1968, ce scooter est aujourd’hui encore plus agile et technologique, avec de nouvelles lignes légères et fraiches.

Quelles sont ses caractéristiques ?

  • Les jantes : nouvelles jantes de 12 pouces à cinq branches, les plus grandes de l’histoire de Vespa ! Elles offrent une stabilité et une sécurité totale sur toutes les surfaces de la route ;
  • Le moteur : un moteur 4 temps monocylindre qui offre une conduite douce et silencieuse tout en réduisant la consommation grâce à ses performances haut de gamme ;
  • L’éclairage : un éclairage LED avant et arrière sur les 2 motorisations de la Primavera.

Découvrez ce modèle sur notre site !

Découvrez ce modèle sur notre site !

La Vespa Primavera Touring est dédiée à ceux qui aime voyager tout en appréciant l’innovation technologique !

Elle comprend les améliorations de la gamme Primavera en étant inscrite dans la tradition du voyage.

Son moteur i-get 4 temps monocylindre lui garantit des performances optimales et une faible consommation de carburant.

Besoin de stabilité et de confort ? Elle est faite pour vous ! Ses grandes roues 12 pouces vous assurent une conduite stable et fiable sur tous les terrains !

Les portes bagages avant et arrières chromés allient efficacement look rétro et capacité de chargement du scooter.

Le style propre de cette Vespa Primavera Touring est apporté délicatement par son siège ergonomique et l’élégant saut de vent.

Découvrez ce modèle sur notre site !

Vespa Primavera S50

Ce scooter allie vivacité et sportivité !

La Vespa Primavera S se distingue par son dynamisme et son agressivité.

Côté moteur, elle est equipée du moteur 4T monocylindre, et elle développe les mêmes performances que les autres modèles de la gamme Primavera, tout en ayant une touche technologique très propre à sa version S. Le permet une réduction remarquable de la consommation de carburant et des émissions de CO2.

Ce scooter 50cc convient parfaitement à une conduite urbaine agile et confortable.

Découvrez ce modèle sur notre site !

La Vespa Primavera, véritable icône parmi les scooters de la marque Piaggio, fête ses 50 ans ! Retour sur la success story d’un deux-roues mythique, synonyme de liberté pour plusieurs générations.

La Vespa Primavera est un des modèles de scooter historiques de Piaggio. Elle fait son apparition en 1967 et son succès est immédiat, notamment auprès des jeunes. 

La Vespa Primavera : une icône parmi les scooters Piaggio

Le premier modèle de Vespa, apparu sur le marché italien en 1946, révolutionne le transport des transalpins. Avec une conduite assise confortable et simple, la Vespa est accessible à tous, y compris les femmes (ce qui est en soit une révolution à l’époque). Le deux-roues, qui se faufile partout, devient rapidement un symbole de liberté. À mesure que son exportation s’amplifie, la Vespa devient également synonyme de douceur de vivre à l’italienne : la Dolce Vita.

Après de nombreux modèles, tous plus performants les uns que les autres, Piaggio présente en 1967 la Vespa Primavera. Le succès de ce nouveau modèle est immédiatement au rendez-vous, notamment auprès des jeunes à qui il était destiné initialement.

« Con una Vespa puoi essere » (Avec une Vespa, tu peux être)
Ce slogan pour le moins original rappelle parfaitement l’état d’esprit de la marque : légèreté et joie de vivre, avec une touche d’impertinence qui plait beaucoup à une époque de révolutions sociales et culturelles en Europe.

La Vespa Primavera : un scooter mythique qui traverse le temps

Avec son design unique et sa large palette de couleurs, la Vespa Primavera traverse les décennies sans prendre une ride. La marque Piaggio, qui n’a rien perdu de ses ambitions, décide en 2013 de redessiner la Vespa Primavera, l’un de ses plus gros succès. Tout en respectant le design de légende du scooter mythique, Piaggio dévoile fin 2013 un modèle à la pointe de la technologie, pensé et conçu pour devenir le scooter de référence pour la vile.

Fidèle à son image de liberté, la nouvelle Vespa Primavera est maniable, agile et rapide. En ville, sa conduite est légère et fluide, et s’adapte parfaitement à la circulation urbaine. Et toujours dans le respect des idéaux d’Enrico Piaggio, proposer un véhicule simple, à bas prix, utilisable par tous, le tarif de la Vespa Primavera nouvelle génération est raisonnable.

N’hésitez pas à contacter votre concessionnaire de scooters pour essayer ce scooter mythique qu’est la Vespa Primavera !

L’observatoire sur le vol de deux-roues publié en 2017 par le club I.C.A, spécialiste du gravage antivol, le montre : avec un deux-roues volé toutes les 10 minutes, la France n’est pas au bout de ses peines en matière de lutte contre le vol de scooter… Voici nos conseils pour éviter de vous faire voler le vôtre. 

 Se garer dans une rue éclairée et passante

L’une des premières choses à faire quand on gare son scooter à un endroit, c’est de s’assurer qu’il est aussi éclairé que possible, mais également fréquenté. Si vous optez pour une ruelle sombre à l’abri des regards, vous permettez à un potentiel voleur d’accomplir son forfait en toute quiétude.

S’assurer de la difficulté d’accès pour une camionnette

Choisissez également un endroit qui ne soit pas accessible pour un utilitaire : le voleur – dès lors qu’il s’agit d’un voleur professionnel – qui espère voler votre bolide tentera de s’en approcher avec un véhicule « de transport »… Et passera son tour si ce n’est pas possible.

S’assurer de la difficulté d’accès pour une camionnette

Choisissez également un endroit qui ne soit pas accessible pour un utilitaire : le voleur – dès lors qu’il s’agit d’un voleur professionnel – qui espère voler votre bolide tentera de s’en approcher avec un véhicule « de transport »… Et passera son tour si ce n’est pas possible.

S’accrocher à un point fixe

Au-delà de l’endroit, il est très important que votre scooter soit attaché par des systèmes antivol à un point fixe. Appui, borne ou range-motos/scooters… Utilisez le mobilier urbain prévu à cet effet, ou si vous n’en trouvez pas, n’importe quoi d’inamovible !

S’accrocher à son voisin

Dans le cas où vous ne trouvez pas de point fixe, faites marcher la solidarité entre scootéristes et accrochez-vous à l’antivol du scooter voisin du vôtre : vous bénéficierez au moins de ce point d’ancrage le temps de son stationnement.

Choisir un antivol de qualité

Optez pour un modèle performant, tel qu’un U, une chaîne ou un bloc-disque, en vous assurant qu’ils sont bien homologués. Bien qu’ils ne soient pas infaillibles – malheureusement, rien ne résiste à une disqueuse… –, ils ont tout de même faits leurs preuves.

Doubler son système antivol

Accrochez-vous à ce point fixe, non pas à l’aide s’un seul système antivol… Mais de deux, et si possible différents ! Un à l’avant, l’autre à l’arrière : de quoi faire perdre un temps considérable au voleur qui lorgne sur votre véhicule.

Bien fixer ces systèmes

Si possible, accrochez vos antivols à des parties de votre deux-roues qui ne se démontent pas facilement, comme le cadre ou les tubes de fourche… Tous deux moins facilement démontables qu’une roue.

Éviter les véhicules « les plus volés »

C’est malheureux, mais c’est comme ça… Certains modèles sont plus prisés par les voleurs que d’autres ! Ils sont référencés chaque année par la Mutuelle des motards, et on constatait en 2019 une nette préférence pour le 125 PCX Honda. Si vous en possédez un, faites doublement attention.

Faire graver votre véhicule

Le gravage homologué, qui consiste à apposer le numéro de série du véhicule sur certaines de ses pièces stratégiques et inscrit le véhicule au Gie Argos, est dissuasif dans la mesure où il empêche la revente de ces éléments par le voleur. N’hésitez pas à avoir recours.

Installer un système d’alarme

Très efficace en complément des autres systèmes antivol, un système d’alarme qui permet de couper le moteur à distance peut également être utile pour lutter contre le « bike-jacking », c’est-à-dire le cas où l’on tenterait de vous dérober votre deux-roues au feu rouge.

Ne pas laisser son deux-roues sans surveillance

Même pour 2 minutes, le temps d’aller faire une course ou de prendre un café… Accrochez votre scooter comme expliqué dans les points précédents !

Appliquer ces conseils chez soi

Ce n’est pas parce que vous êtes chez vous que votre scooter est davantage en sécurité qu’ailleurs, d’autant plus si vous le stationnez dans une cour ou un jardin accessible aux regards. Accrochez-le chez vous en prenant les mêmes précautions qu’à l’extérieur.

Pour plus d’informations sur nos équipements de sécurité, n’hésitez pas à nous contacter dès maintenant.

0
Mon panier
  • No products in the cart.