La gamme PIAGGIO

La gamme VESPA

La gamme GILERA


X10 500 Executive
BEVERLY 300 ABS-ASR
BEVERLY 300 ABS-ASR by Police
BEVERLY 300 S ABS-ASR
BEVERLY 350 Sport Touring
X10 350
X10 350 Executive

BEVERLY 125 ie
FLY 125 3V
LIBERTY 125 ABS Iget
LIBERTY 125 S iget ABS
Medley 125 Iget ABS
Medley S 125 Iget ABS
X10 125 Sport

FLY 50 (4T)
FLY 50 2T
LIBERTY 50 Iget (4T)
LIBERTY 50 S Iget (4T)
NRG 50 Power DD (2T)
TYPHOON 50 2T
ZIP 50 2T
ZIP 50 SE (2T)

MP3 300 ie Business ABS-ASR
MP3 300 ie Sport ABS-ASR
MP3 300 LT Yourban
MP3 300 LT Yourban Sport
MP3 500 IE Business ABS-ASR
MP3 500 ie Sport ABS-ASR

GTS Classic 125 iget 4V ABS stop&start
GTS Classic 300 4V ABS ASR
GTS Super 125cc 4V Start&Stop
GTS Super 300 4V ABS ASR
GTS SUPER SPORT 125 cc
GTS SUPER SPORT 300 cc
GTS Touring 125 iget 4V ABS Stop&Start
GTS Touring 300 4V ABS ASR

PRIMAVERA 125 3V iget ABS
PRIMAVERA 125 iget 3V TOURING ABS
PRIMAVERA 50 2T
Primavera 50 4T
PRIMAVERA TOURING 50 2T

SPRINT 125 iget 3v ABS
SPRINT 50 2T
Sprint 50 4T
SPRINT S 125 iget 3V ABS
SPRINT S 50 2T

FUOCO 500 ie LT
Actualités

L'hivernage du scooter : préparer son deux-roues pour l'hiver

 21/11/2017

Les changements de températures peuvent être fatales pour tous les véhicules et particulièrement pour les deux-roues qui sont souvent délaissés dès que le temps se rafraîchit. Voici quelques conseils pour protéger votre scooter si vous décidez de le remiser pour l’hiver.

Maintenir l’état des pneus et des suspensions

L’entretien de votre deux roues est essentiel pour son bon fonctionnement, surtout lorsqu’il est rentré au garage pour le protéger durant l'hiver. On parle alors de remisage. Dans ce cas, il est toujours mieux d’avoir un garage ou un emplacement de parking pour stocker votre véhicule.

En premier lieu, il faut mettre son scooter sur sa béquille centrale afin de protéger les pneus et les suspensions du poids du scooter. Si ce n’est pas fait, les pneus peuvent se dégonfler et prendre un « plat ». Si vous n’avez qu’une béquille latérale, il faudra déplacer le scooter de temps en temps ou faire en sorte de tourner les roues.

Nettoyage du scooter avant son remisage

Un bon nettoyage de votre deux-roues avant son hivernage lui fera en outre le plus grand bien pour le débarrasser d’éventuelles matières corrosives et autres traces de graisse qui risquent d’abîmer la carrosserie de votre scooter.

Vaporiser du lubrifiant sur les pièces métalliques de votre deux-roues vous permettra de les protéger de l’air et de l’oxydation durant l’entreposage. Vous pouvez aussi appliquer une cire spéciale sur la carrosserie de votre scooter. Il sera comme neuf lorsque le moment de le ressortir sera venu. Préservez enfin votre deux-roues de l’humidité mais aussi des animaux et notamment des rongeurs, en bouchant son pot d’échappement au moyen de tissus huilés ou de papier journal.

Pour protéger votre deux-roues, vous pouvez le recouvrir d’une bâche, à condition que celle-ci soit respirante.

Préserver la batterie du scooter

Pendant une longue période d’inactivité, il est fortement recommandé de préserver la batterie du deux-roues. Car si la batterie de votre scooter tombe en panne, il sera impossible de démarrer votre véhicule, à moins de disposer d’un kick de secours.

Débrancher la batterie de votre scooter peut alors permettre de la conserver plus longuement, sans qu’elle ne perde trop de charge. Mais attention : le délai de charge d’une batterie peut atteindre entre 6 et 12 heures, même si une charge rapide n’est pas forcément la bonne solution afin de garder un bon niveau d’efficacité.

Epargner le niveau d’essence du scooter

Au fil du temps, l’essence se détériore et peut créer un dépôt et donc, occasionner des problèmes de carburation ou d’injection (le moteur tousse, hoquet, difficultés de démarrage, etc.) Si vous laissez votre scooter longtemps remisé, il faut penser à remplir le réservoir d’essence pour éviter la condensation à l’intérieur du réservoir.

Il est aussi possible d’ajouter un additif qui empêche l’essence de se dégrader au fil du temps. Certains professionnels peuvent aussi vous recommander de purger le réservoir d’essence et la cuve du carburateur. Le meilleur moyen est de provoquer la panne sèche. Sinon, on peut pomper le réservoir et vidanger le carburateur grâce à une poire qui permet de siphonner le réservoir.

Les pneus du scooter pendant son entreposage

Il est recommandé de surgonfler les pneus de son scooter avant de le ranger au garage pendant les mois d’hiver. Cela vous permettra de compenser son inactivité.

Faire tourner les roues de temps en temps est aussi conseillé pour éviter que le véhicule ne repose trop longtemps sur une seule et même partie des pneus et n’entraîne leur déformation. Des pneus sous-gonflés, rappelons-le, représentent un vrai danger pour votre sécurité en plus d’engendrer une surconsommation de carburant.

Une assurance à prix réduit pour votre scooter

Les risques d’accidents disparaissent lorsque votre véhicule est remisé. Votre assureur peut consentir une réduction du montant de votre contrat durant la période pendant laquelle vous n’utilisez plus votre deux-roues. N’hésitez donc pas à lui en faire la demande.

Après l’hivernage du deux-roues

Lorsque les beaux jours feront leur retour, pensez bien à recharger votre batterie, à contrôler la pression des pneus, le bon fonctionnement des freins et celui de l’accélérateur. Une révision de votre deux-roues chez un professionnel est vivement recommandée à la sortie de son hivernage.

Louer son scooter : pourquoi c’est une bonne idée ?

 03/11/2017

L’achat d’un scooter, même s’il est bien moins onéreux qu’une voiture, demeure un investissement important que tout le monde ne peut pas se permettre de réaliser en une seule fois. Il existe heureusement plusieurs possibilités pour s’offrir un nouveau scooter sans se fâcher avec son banquier. La location longue durée, avec ou sans option d’achat, en fait partie.

La LOA : louer son scooter en vue de l’acheter

Leasing pour les particuliers, cette solution vous permet de louer votre scooter pendant une durée déterminée, à l’issue de laquelle vous devenez propriétaire du véhicule. On parle de LOA (location longue durée avec option d’achat).

Cette possibilité est idéale car elle vous permet de profiter de votre véhicule avant même d’en être devenu le propriétaire. L’achat du véhicule n’est pas obligatoire. Il est en effet proposé en option. Il est donc aussi possible de choisir de rendre le scooter, et de récupérer son dépôt de garantie, à la condition que le véhicule soit rendu en bon état, tant en matière de mécanique que de carrosserie.

Le montant d’achat du scooter à l’issue d’une LOA doit être déterminé dès la signature du contrat de location. Il doit prendre en compte la dépréciation du prix du véhicule au fil des mois et des années. Les mensualités à verser dans le cadre d’une location longue durée, avec ou sans option d’achat, sont généralement moins élevées que celles d’un achat à crédit, autre possibilité de offerte par la grande majorité des concessionnaires deux-roues à Paris.

La LLD : une location sans option d’achat

La location longue durée, elle, permet de profiter d’un véhicule à moindre frais, mais vous ne devenez pas propriétaire du scooter à l’issue de ce contrat de location. Outre l’aspect financier, l’un des grands avantages de la location de scooter, avec option d’achat ou non, réside dans le fait que le concessionnaire prend en charge l’entretien et la réparation du scooter tout au long de la location. Il s’agit de frais en moins bien entendu, mais aussi d’une plus grande tranquillité d’esprit.

Louer son scooter, c’est aussi s’offrir la possibilité de changer de véhicule lorsque le contrat s’achève, de disposer d’un véhicule plus récent et de l’adapter à ses besoins si ceux-ci viennent à évoluer pour une raison ou pour une autre. La location de deux-roues est aussi une solution idéale pour les professionnels ayant besoin de renouveler régulièrement leur flotte de véhicules, dans le secteur de la livraison notamment. La location d’un scooter est engageante. Il n’est pas possible de résilier son contrat du jour au lendemain. Il s’agit certainement du seul inconvénient de ce type de solution.

Les avantages de la location longue durée d’un scooter

La location est une excellente solution lorsque les kilomètres parcourus sont relativement limités. Si vous prévoyez de rouler quotidiennement à bord de votre scooter, l’achat s’avère souvent une meilleure solution car la location est généralement soumise à une limite kilométrique. Mensualités fixes, élimination des frais imprévus, dépannage, assurance… les avantages de location de scooter longue durée sont nombreux, tant pour les particuliers que pour les professionnels.

L’Univers du 2 Roues, votre concessionnaire scooter à Paris, vous propose de nombreuses possibilités de financement pour l’achat de votre deux-roues. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur nos offres de location de scooter longue durée, avec ou sans option d’achat.

Le stationnement des deux-roues bientôt payant à Paris ?

 18/10/2017

40 000, c’est le nombre de places de stationnement réservées aux deux-roues à Paris. Quand on sait que plus de 150 000 deux-roues arpentent les rues de la capitale, on saisit très vite le problème ! Le fait de rendre le stationnement des scooters et motos payant à Paris le règlera-t-il ? Probablement pas.
Pourtant, la question est bel et bien régulièrement débattue.

Pour l’heure, c’est donc sur les trottoirs que se garent les 110 000 malchanceux ne trouvant pas de place où garer leur deux-roues. Un stationnement considéré comme gênant et pouvant donner lieu à une verbalisation. Jusqu’ici, la tolérance est généralement de mise.

Plus de PV et des amendes plus chères en 2018

Si le stationnement payant des deux-roues n’est semble-t-il « pas d’actualité » et ne sera donc a priori pas décrété dès 2018 comme le craignaient de nombreux conducteurs de scooters et motos parisiens, les PV, eux, devraient être plus nombreux l’année prochaine. La mairie de Paris, en plus d’avoir démenti la rumeur du stationnement payant, affirme que les places réservées aux deux-roues sont chaque année plus nombreuses et le seront encore plus à l’issue de son mandat.

Bientôt 20 000 nouvelles places pour les deux-roues

20 000 places devraient ainsi être créées sous la mandature d’Anne Hidalgo. Mais, car il y un mais, 10 000 d’entre elles seront des places payantes situées en sous-sol. « Lors de la table ronde qui s’est tenue le 21 juin dans le cadre du Salon Parkopolis, Christophe Najdovski (adjoint de la maire en charge de la question des transports, ndlr) a clairement indiqué que le stationnement payant des deux roues motorisés n’était pas d’actualité, tout en insistant sur la nécessité de mieux le réguler, notamment en renforçant le contrôle sur le stationnement sur trottoir ». C'est ce qu'indique la mairie de Paris dans un communiqué envoyé au site Caradisiac suite à la publication d’un article sur la possibilité de voir le stationnement devenir payant pour les deux-roues dès 2018.

Voilà qui laisse craindre une multiplication des PV dès l’année prochaine. « Les trottoirs doivent être sanctuarisés et réservés aux seuls piétons » avait insisté Christophe Najdovski lors de cette fameuse table ronde organisée en juin dernier.

Quelles solutions pour le stationnement des deux-roues ?

Rappelons que la réforme du stationnement, dont l’entrée en vigueur est prévue le 1er janvier 2018, permet aux communes de fixer elles-mêmes le montant des amendes liées au stationnement et les autorise à passer par des sociétés privées pour assurer cette verbalisation. Ce sera le cas à Paris.

Aujourd’hui, un conducteur de deux-roues risque une amende de 35 euros au maximum s’il est verbalisé pour avoir garé son véhicule sur un trottoir. Elle est passée à 135 euros pour les voitures mais les deux-roues ont été épargnés, sans aucun doute car la mairie est bien consciente qu’il existe un véritable manquement à Paris en matière de stationnement pour les deux-roues. Scooters et motos sont pourtant extrêmement nombreux à rouler dans les rues de la capitale.

Les solutions proposées par la FFMC pour résoudre le problème du stationnement des deux-roues sur les trottoirs de Paris - comme celle de créer des places de stationnement pour les scooters et motos parisiens en amont des feux - ne semblent pas avoir fait grand écho auprès de la mairie, bien que celle-ci affirme le contraire. Pourtant, motards et scootéristes l’assurent : ils ne se garent sur les trottoirs que par manque de possibilités.

Transporter un passager sur un scooter : ce qu'il faut savoir

 04/10/2017

Lorsque vous faites monter un passager à bord de votre deux-roues, vous avez une responsabilité supplémentaire à assumer : la sécurité de celui ou celle qui vous a fait confiance. Mais concrètement, en matière de conduite, qu’est-ce que ça change ? Doit-on conduire son scooter différemment lorsque l’on transporte un passager à son bord ?

Les obligations du conducteur et du passager d’un scooter

Comme le rappelle le site institutionnel dédié à la sécurité routière, la première chose à faire avant de faire monter une seconde personne sur votre deux-roues est de vous assurer que vous en avez la possibilité et le droit.

Pour faire bref, soit vous avez une deuxième place sur votre scooter, des repose-pieds accessibles au passager et des poignées auxquelles s’agripper, et êtes donc autorisé à transporter un passager, soit vous n’en avez pas, auquel cas il vous est formellement interdit de prendre une seconde personne à son bord. En cas de doute, jetez un œil à votre carte grise qui vous éclairera sur la question.

Comme le conducteur, le passager a des obligations basiques visant tout simplement à assurer sa sécurité et celle du conducteur. Assurez-vous donc que la personne qui monte à bord de votre deux-roues est bien équipée d’un casque et de vêtements adaptés qui la protégeront en cas de chute.

Le comportement du scooter modifié avec un passager

Avoir un passager à bord de son scooter modifie le comportement du deux-roues, et donc tout naturellement la façon de le conduire. Pour commencer, le poids est plus important lorsque l’on monte à deux sur un scooter. Le centre de gravité du véhicule est donc lui aussi modifié. Il se déplace vers le haut, tout particulièrement lorsque vous roulez à allure réduite et quand vous suivez des courbes.

Ce phénomène est parfois perturbant quand on n’est pas habitué à transporter une seconde personne sur son scooter. Il vous faudra donc adapter votre conduite en conséquence. N’hésitez pas à régler la suspension arrière afin de compenser ce déplacement du centre de gravité.

Comment s’installer à deux sur un scooter ?

Afin d’éviter un déplacement trop important du centre de gravité de votre véhicule, votre passager doit être installé au plus près de vous. Il faudra également, s’il n’est pas habitué à se déplacer en deux-roues, lui rappeler certaines règles de base à commencer par ne pas chercher à ajuster sa position alors que vous êtes en train d’amorcer un virage, ne pas faire de mouvement brusque, accompagner vos mouvements sans toutefois trop les exagérer sous peine d’impacter sur la trajectoire et l’équilibre du véhicule.

Si vous n’êtes pas habitué à voyager avec votre passager, ne cherchez pas à accélérer tout de suite. Commencez par rouler à un rythme assez lent, établissez un code en cas d’urgence, puis lorsque chacun se sentira en confiance, vous pourrez adapter votre allure.

Transporter un enfant sur un scooter

S’il n’est pas interdit, le transport d’un enfant âgé de moins 8 ans à bord d’un deux-roues, qu’il s’agisse d’une moto ou d’un scooter, est vivement déconseillé, rappelle également le site de la Sécurité Routière.

Il est autorisé de transporter un enfant de plus de 5 ans dès lors que celui-ci est en sécurité sur un siège équipé d’une ceinture de sécurité et qu’il porte un casque adapté à sa taille. Les enfants doivent, à l’instar des adultes, avoir des repose-pieds à disposition et pouvoir s’accrocher à la courroie de maintien du 2 roues ou mieux encore à des poignées latérales.

Il est essentiel de protéger son enfant, mais pas seulement en lui faisant porter un casque. Equipez-le également de vêtements spéciaux ainsi que de gants, et surtout, montrez-lui l’exemple en évitant les pointes de vitesse et en respectant scrupuleusement le code de la route.

Plus que son âge, c’est la taille et le poids de l’enfant qu’il faut prendre en compte. Il est bien entendu indispensable de lui expliquer, à plusieurs reprises si besoin est, les règles de sécurité à adopter lorsque l’on est passager d’un deux-roues.

Les règles de sécurité à respecter lorsque le passager est un enfant doivent naturellement être redoublées. Gardez bien en tête que la vitesse est loin d’être le seul danger. Réduire son allure lorsque l’on roule avec un enfant ne suffit pas à le protéger ! N’oubliez pas non plus que ce sont sur les plus courts trajets qu’ont lieu les accidents les plus nombreux.

La batterie de mon scooter est en panne : que faire ?

 20/09/2017

Le plus souvent durant l’hiver, lorsque les températures sont négatives, il arrive que la batterie de son scooter ne tienne plus le choc. La batterie de votre deux-roues est mise à rude épreuve et il convient de la protéger pour qu’elle ne s’use pas de façon prématurée.

Mais que faire quand la batterie d’un deux-roues tombe en panne ? Quels sont les bons réflexes à adopter ? Votre concessionnaire scooter à Paris, L’Univers du 2 roues, vous livre ses conseils pour redémarrer la batterie d’un scooter.

Froid, démarrages répétés : pourquoi une batterie tombe en panne ?

La batterie est un consommable comme les autres et, par conséquent, les aléas climatiques et le froid en particulier ont une forte influence sur son efficacité. Le temps fait lui aussi son œuvre. Si elle peut tenir jusqu’à 4 ans, une batterie de scooter montre généralement ses premiers signes de faiblesse au bout de 2 ans.

Quand les températures sont négatives, votre batterie de scooter peut perdre jusqu’à 30 % de son efficacité alors imaginez ce qu’un séjour prolongé dans le froid — en extérieur — et sans rouler peut avoir comme effet sur votre scooter et sa batterie ?

L’un des meilleurs conseils à suivre est donc tout simplement de retirer la batterie quand on sait que le scooter ne va pas rouler pendant quelque temps. Vous la démontez et la conservez à l’abri du froid. Toutefois, au bout de plusieurs semaines ou mois d’inutilisation, il sera inévitablement nécessaire de la recharger.

La rigueur de l’hiver n’est pas la seule responsable des problèmes que peuvent rencontrer les batteries de scooter. Il faut savoir également que des démarrages répétés fatiguent plus rapidement votre batterie, surtout si vous ne faites pas beaucoup de kilomètres entre chaque démarrage.

Si vous sentez que votre batterie commence à faiblir de manière drastique, commencez par rouler quelques kilomètres.

Démarrer son scooter quand la batterie est à plat

Pour redémarrer la batterie d’un scooter, la solution classique est, comme lorsque la batterie d’une voiture est en panne, d’utiliser les pinces. Si vous en avez la possibilité, branchez donc la batterie de votre scooter à une voiture à l’aide de pinces adaptées, cela va vous aider à redémarrer votre deux-roues.

Inutile en revanche d’imaginer de pouvoir démarrer votre scooter en le poussant ou en le laissant dévaler une pente !

Voilà encore quelques années, la plupart des scooters étaient équipés d’un kick de démarrage, mais aujourd’hui, le fait que les scooters soient en grande partie équipés d’électronique complique le redémarrage au moyen d’un simple kick. D’autres constructeurs ont aussi supprimé le kick de démarrage pour des raisons esthétiques ou simplement de coût.

Les chargeurs pour batterie  de scooter

Il existe des chargeurs pour batterie de deux-roues qui sont vendus dans le commerce.

Pour un prix de 50 à 60 euros, celui-ci varie en fonction des modèles de scooters, vous pourrez recharger votre batterie en toute simplicité. Mais il vous faudra compter au moins 8 heures de temps de charge.

Quels que soient les pannes que peut rencontrer votre deux-roues, l’équipe de L’Univers du Scooter, votre concessionnaire deux-roues à Paris, se tient à votre disposition pour le dépannage et la réparation de votre scooter.

Zoom sur les scooters Piaggio

 04/09/2017

Pratique, rapide, confortable, le scooter Piaggio continue de séduire, aujourd’hui encore.
Si vous vivez en ville, le fameux deux-roues commence à prendre de la place avec des ventes qui se multiplient depuis ces deux dernières années. Si vous résidez en campagne, le scooter est le véhicule inévitable pour tout adolescent épris de ses premières libertés.
 
C’est sécurisant, c’est pratique, c’est économique. Et même si Piaggio a cédé aux sirènes du trois-roues, le deux-roues demeure le chef de file d’une longue lignée abonnée au succès.

L'histoire du scooter Piaggio


C’est à partir des années 60 que Piaggio a commencé à cumuler les succès avec ses fameux deux-roues, notamment avec le scooter Ciao qui était l’ancêtre du vélomoteur moderne.
 
Entre 1973 et 1988, Piaggio a commercialisé le modèle Bravo qui connut un formidable succès et d’autres modèles s’engouffrèrent dans la brèche comme le Superbravo, le Cosa ou encore le Grillo.
 
Entre les années 1990 et 1995, Piaggio innove avec le Sfera qui est le 1er scooter présentant une carrosserie en plastique. Suivra ensuite le 1er maxi-scooter avec l’Hexagone.
 
En 1997, l’innovation était toujours au rendez-vous avec le modèle Liberty, un scooter à grandes roues qui fut extrêmement populaire : avec sa ligne moderne, un excellent rapport qualité/prix et des finitions soignées, le Liberty a séduit de très nombreux consommateurs.
 
En 2001, un autre type de scooter est sorti des usines de Piaggio avec le  Beverly : un scooter fiable, léger, sécurisant qui a transformé une fois de plus le marché du deux-roues.

Le scooter électrique

Et aujourd’hui, qu’en est-il ?
Piaggio continue à conserver cet esprit innovateur pour ses scooters et c’est tout naturellement, cherchant à répondre aux besoins des consommateurs en matière de protection de la planète, que la marque a sorti son scooter électrique qui permet d’effectuer entre 60 et 70 km avec une batterie complète.
 
La vitesse est bloquée à 50 km/h et l’engin possède un contrôleur de vitesse qui est aux normes européennes.
 
Avec ce modèle très économique et électrique, Piaggio démontre qu’il est toujours en phase avec les besoin des consommateurs.

Le scooter électrique de Piaggio est en effet économique, il a un faible coût d’entretien, est écologique car il ne rejette aucun gaz à effet de serre tout en restant confortable et silencieux.
 
Pour bénéficier du meilleur tarif avec un produit d’excellente qualité, votre concessionnaire Piaggio L’Univers du Scooter vous propose de nombreux modèles. Quels que soient vos goûts, quel que soit votre besoin, il y a nécessairement le scooter Piaggio qui vous ressemble.
 

6 conseils pour bien conduire son scooter dans Paris

 04/09/2017

Conduire un scooter nécessite bien sûr la maîtrise de certains principes de base. Mais quand il s’agit de rouler avec un deux-roues dans Paris, c’est une autre paire de manches. Les précautions basiques doivent être redoublées, et viennent s’y ajouter d’autres recommandations judicieuses qui vous faciliteront la vie tout en assurant votre sécurité lorsque vous conduisez votre deux-roues dans les rues de la capitale.

L’univers du 2 roues, votre concessionnaire Piaggio, Vespa et Gilera à Paris , vous livre une liste non exhaustive de conseils qui s’avèreront très utiles pour rouler dans Paris intra-muros avec un scooter.

1. Respecter les voies de circulation

La circulation à Paris est très dense et les gens sont souvent pressés. Soudain, sans raison apparente, certains se mettent à rouler sur la voie de gauche pour tourner à droite ou alors ils empruntent une voie destinée aux bus.

Comme pour les vélos, faites attention à la voie que vous empruntez pour rouler. Restez bien sur votre voie avec votre deux-roues et ne changez pas sans au minimum prévenir les automobilistes et autres cyclistes avec votre clignotant.

2. Utiliser les rétroviseurs de son scooter

Comme la circulation est relativement dense à Paris, que les voies sont très fréquentées par les voitures, les bus, les vélos, vous devez vous montrer particulièrement vigilent par rapport aux autres véhicules autour de vous.

Vous devez non seulement surveiller les véhicules en face de vous, mais aussi ceux qui sont derrière votre scooter.

Utilisez fréquemment les rétroviseurs de votre scooter, vérifiez qu’aucune voiture ne déboîte.

3. Signaler les manœuvres

Changer de direction, ou de voie ou encore de position sur une chaussée ne se fait pas au hasard. Vous devez apprendre à contrôler visuellement avec le rétroviseur et en tournant votre tête. Ensuite, indiquez votre manœuvre avec votre clignotant.

4. Ne pas gêner les autres usagers

Cela signifie que vous ne devez pas rester devant un autre usager. Quand vous roulez moins vite que l’automobiliste ou conducteur de deux-roues devant vous, ne l’obligez pas à se déporter pour le dépasser.

Il ne faut pas non plus le gêner en restant à sa hauteur, et ce d’autant plus s’il s’agit d’un autre deux-roues.

5. Laisser la place aux autres

La course pour être en première ligne ne doit pas être votre priorité. Souvent, on remarque que certains scooters essaient de se faufiler entre les voitures quand elles sont stoppées à un feu rouge, quitte à venir « manger » les passages piétons.

Respectez les distances de sécurité latérales entre les véhicules et surtout entre deux-roues. Et puis, respectez les feux verts et les feux rouges. Les feux, c’est valable autant pour les deux-roues que pour les automobilistes, que l’on soit motorisé ou non.

6. Respecter les limitations de vitesse

Pour limiter les risques d’accident à bord d’un 2 roues, il est essentiel de respecter les limitations de vitesse.

De plus, en cas d’accident éventuel, vous réduisez considérablement les possibles dommages si votre vitesse est limitée, autant sur votre personne que sur votre scooter.

L'Eco-conduite du scooter : les règles de base

 21/08/2017

Afin de réaliser des économies substantielles sur la facture d’essence de votre deux-roues, mais aussi limiter les émissions polluantes de votre scooter, L’Univers du 2 roues revient sur certaines règles de base de l’écoconduite.

La norme Euro 4 pour les deux-roues et trois-roues : que dit la loi ?

Les émissions polluantes des véhicules à deux-roues sont encadrées, comme le sont celles des voitures. Tous les deux-roues et trois-roues de plus de 125 cm3 doivent notamment répondre à la norme Euro 4, la dernière à être entrée en vigueur en janvier 2016. Cette norme, en plus de viser à réduire les émissions de gaz à effet de serre des véhicules deux-roues et trois-roues, impose également la présence de l’ABS et d’une prise diagnostic sur toutes les motos et tous les scooters de plus de 125cm3. Cette norme limite les émissions de monoxyde de carbone à 1140 mg/km (contre 2000 avec la norme Euro 3).

L’Euro 4 limite également les émissions d’hydrocarbures et les émissions d’oxydes d’azote. Une distinction est faite entre les véhicules dont la vitesse ne peut pas dépasser 130km/h et ceux pouvant l’excéder. Ainsi, un scooter limité à 130 km/h ne doit pas émettre plus de 70 mg/km d’oxydes d’azote et un deux-roues pouvant dépasser cette vitesse ne doit pas en émettre plus de 90 mg/km. En matière d’hydrocarbures, les petites cylindrées ne peuvent pas émettre en plus de 380 mg/km tandis que les deux-roues allant à plus de 130 km/h voient leurs émissions d’hydrocarbures limitées à 170 mg/km.

La norme Euro 5, plus exigeante encore en matière d’émissions polluantes, et notamment de monoxyde de carbone, devrait être mise en place et rendue obligatoire d’ici à 2020.

L’écoconduite d’un scooter, en quoi ça consiste ?

Mais avoir un scooter répondant aux normes écologiques ne suffit pas si l’on n’adopte pas une conduite responsable.

Une conduite souple du scooter


Conduire de manière éco-responsable, que l’on soit sur un deux-roues ou que l’on conduise une voiture, c’est d’abord adopter la plus grande souplesse possible.

L’idée est de conduire à une vitesse plus régulière, tout en respectant les distances de sécurité, afin d’éviter coups de freins et accélérations brutaux qui sont particulièrement énergivores. On estime qu’une conduite agressive peut faire grimper la consommation de carburant de quelque 40%.

Réduire sa vitesse

Réduire votre vitesse de 10 à 20 km/h ne vous fera pas perdre de temps. Cela vous permettra en revanche de réaliser de substantielles économies de carburant. Si vous devez vous arrêter plus de 30 secondes, éteignez votre moteur. Car, contrairement à ce que l’on pourrait penser, le laisser tourner vous fera en consommer davantage que si vous coupez le moteur et le rallumez.

Sachez que bon nombre de règles de l’écoconduite sont aussi tout simplement des règles de sécurité. Une conduite souple est par nature moins dangereuse qu’une conduite agressive. Vous avez tout à gagner à adopter une conduite éco-responsable à bord de votre scooter.

Limiter le nombre d’accessoires pour réduire sa consommation de carburant

Réduire la consommation de carburant de son deux-roues ne passe pas seulement par la façon dont on le conduit. Le choix des accessoires a lui aussi un rôle à jouer. Evitez d’alourdir votre scooter avec des charges inutiles et choisissez des vêtements qui ne seront pas en prise au vent. On privilégiera ainsi une tenue près du corps et de manière générale, on évitera autant que possible de charger son deux-roues d’un top-case ou autre sac rempli à ras-bord. Si vous le pouvez, pensez aussi à baisser le pare-brise de votre scooter.

Un scooter vert ?

Ils sont encore rares, mais certains constructeurs ont mis au point des deux-roues hybrides et électriques. C’est notamment le cas de Piaggio et de sa électrique, la Vespa Elettrica, dévoilée voilà seulement quelques mois. Il existe aussi des deux et trois-roues hybrides, à l’instar du MP3 Hybrid lancé en 2009 par Piaggio. La conception de modèles de deux-roues et de trois-roues écologiques devrait connaître un véritable développement dans les années à venir.

Les 4 avantages du scooter dans Paris

 07/08/2017

Circuler dans de grandes villes telles que Paris peut se transformer en véritable cauchemar lorsque l’on est en voiture. Les transports en commun ne sont quant à eux pas toujours idéaux lorsque l’on se déplace beaucoup ou que l’on est pressé. C’est bien pourquoi les Parisiens sont de plus en plus nombreux à se tourner vers une solution toute trouvée : le scooter.

Cette alternative devient plus qu’évidente lorsque l’on est chaque jour confronté aux embouteillages et incivilités. Si vous n’êtes pas encore convaincu par les avantages du scooter à Paris, sachez qu’une fois que vous aurez essayé ce moyen de locomotion, vous ne pourrez probablement plus vous en passer, comme bien des Parisiens avant vous !

Limiter les émissions de pollution dues au transport

Il s’agit de l’un des principaux avantages liés à l’usage du scooter à Paris. En effet, la capitale est connue pour être régulièrement en proie à des pics de pollution, et ce quelle que soit la saison.

Au lieu d’utiliser votre voiture, prenez votre scooter. Celui-ci émet beaucoup moins de CO2 que la voiture. Vous participerez donc à rendre l’atmosphère un peu plus saine.

Éviter les embouteillages parisiens

L’autre atout indéniable du scooter à Paris réside bien entendu dans le fait qu’il permet à son conducteur d’éviter les embouteillages. Alors qu’il y a quelques années, on connaissait plus ou moins les créneaux horaires où la circulation devenait impraticable, aujourd’hui, il semblerait que les embouteillages se multiplient à toute heure du jour.

Avec le scooter, vous pouvez circuler de manière plus fluide, notamment aux heures de pointe. En vous faufilant, tout en respectant bien entendu le code de la route et les règles de sécurité, vous arrivez à destination sans craindre d’être en retard.

Se garer facilement avec son scooter

À Paris, comme dans de bien nombreuses autres villes à la population dense, trouver une place de parking tourne parfois au véritable parcours du combattant.

Dites adieu aux heures passées à tourner et tourner pour trouver une place ! Avec votre scooter, vous allez pouvoir vous garer facilement, y compris sur des emplacements relativement étroits.

Paris étant quasiment saturée en termes de places de parking, le deux-roues devient très rapidement votre allié pour trouver une place libre près de chez vous et de vos différents lieux de rendez-vous.

Un gain de temps indéniable grâce au deux-roues

Même si pris dans une circulation relativement dense, vous avez l’impression de rouler à l’allure d’un cycliste, le scooter vous permet tout de même de remonter les files de voitures tranquillement pour arriver jusqu’au feu vert.

Comme vous vous faufilez entre les véhicules ou longez les voies cyclables, vous pouvez vous garer rapidement et gratuitement où vous voulez et surtout, vous ne perdez plus des heures à chercher une place.

Ce gain de temps sur votre parcours est loin d’être négligeable et participe, dès le matin, à votre bonne humeur en arrivant sur le lieu de votre travail ou à votre rendez-vous.

L'entretien du scooter et de ses accessoires

 24/07/2017

Pour que votre scooter dure le plus longtemps possible, pour qu’il vous emmène loin et vous procure un maximum des sensations, il est important qu’il soit entretenu régulièrement.Certes, il y a des éléments qui demanderont l’intervention d’un professionnel, mais d’autres pièces de votre deux-roues peuvent aussi être nettoyées et révisées par vos soins.

Lire le manuel d’utilisateur de votre scooter

Cela peut paraître idiot à première vue, mais le manuel d’utilisateur peut s’avérer très utile pour entretenir votre scooter.

En règle générale, on ne l’ouvre que lorsqu’une panne survient et c’est un tort, car ce livret est bien conçu et détaillé. Il contient toutes les informations dot vous aurez besoin pour connaître et entretenir votre deux-roues. En le lisant ne serait-ce que pendant une petite heure, vous en apprendrez beaucoup sur votre scooter et pourriez bien grâce à cette lecture attentive éviter plusieurs déconvenues.

Pour connaître votre 2 roues sur le bout des doigts, lisez votre livret en étant près de votre scooter afin de comprendre de visu les explications du manuel.

Pensez également à vérifier régulièrement le carnet de révision qui vous indique autant la nature que la périodicité des entretiens à réaliser.

Entretenir son scooter : les indispensables

Voici les points importants que vous devez respecter pour faire durer votre scooter le plus longtemps et dans le meilleur état possible.

Vérifier la pression des pneumatiques de votre scooter : la pression s’effectue toujours à froid et dans l’idéal, il faudrait contrôler cette pression une fois par semaine ou toutes les deux semaines au maximum si vous roulez régulièrement.

Vérifier l’usure des pneus du deux-roues : certains scooters s’usent plus rapidement que d’autres au niveau des pneumatiques. La profondeur des rainures doit toujours dépasser 1 mm.

Vérifier les freins du  scooter : les plaquettes de frein s’usent plus rapidement que pour une moto ou une voiture. En règle générale, il convient de les changer tous les 10 000 km, mais n’oubliez pas de jeter un coup d’œil régulièrement, c’est-à-dire tous les 1000 km.

Faire la vidange de son scooter : il s’agit d’un point essentiel pour nettoyer à fond le moteur de votre scooter et pour optimiser son fonctionnement sur le long-terme. Munissez-vous de la clé du carter et référez-vous au manuel d’utilisation de votre scooter qui vous indiquera la fréquence de vidange, la manière de faire et le type d’huile nécessaire.

Contrôler le niveau d’huile de votre scooter : l’huile lubrifie votre moteur. Elle est essentielle à son bon fonctionnement. Utilisez une réglette pour observer le niveau d’huile et ajoutez-en si besoin.

Vérifier le filtre à air de votre deux-roues : le filtre à air permet à votre scooter de mieux respirer. S’il est encrassé, il laisse passer moins d’air et cela accroît la consommation d’essence. Nettoyez-le tous les 6000 km.

Entretenir les accessoires de son scooter

En plus de votre scooter, n’oubliez pas de vérifier régulièrement tous vos accessoires pour deux-roues : casque, protections des bras et des jambes, gants.

Pour une utilisation maximale et durable, chaque accessoire doit toujours être en parfait état de marche, sans rayure, ni bosse, ni éraflures pouvant jouer sur votre sécurité en cas d’accident et notamment de chute. Un casque ou des protections abîmés ou ayant déjà subi des chocs ne vous protégeront pas de façon optimale.
Pages   123
COMPILATION TEMPLATE : 48 ms
SYSTEM CALLS 20 ms
COMPILATION GLOBALE : 56 ms
SYSTEM CALLS 20 ms